Sur un coup de tete

Le week-end du 17-19 avril a ete l’occasion pour 2 Frenchies et moi de partir a la decouverte de la ville de Portland, en Oregon.

Au bord de la Willamette river, Portland, OR

Au bord de la Willamette river, Portland, OR


L’Oregon est un etat situe juste au-dessus de la Californie. La ville de Portland est reputee etre la plus grande ville entre San Francisco et Seattle… en gros, c’est plus grand que Sacramento, et c’est a peu pres tout. Situee au Nord, tout proche de l’etat de Washington, la ville s’etend sur environ 376 km2 et compte pres de 575 000 habitants. A titre de comparaison, la ville de San Francisco compte plus de 800 000 habitants sur pres de 600 km2.

Tout ca c’est bien joli, mais pourquoi Portland me direz-vous ? Relisez le titre, je vous repondrai ! 🙂
Oui tout ca s’est un peu decide sur un coup de tete : une envie commune de voyager, de bons echos de quelques personnes, des prix abordables au niveau logement et transport, une nouvelle ville a connaitre.

Nous voila donc parti ce vendredi soir, ou plutot milieu d’apres-midi avec Cedric, direction l’aeroport « Domestic » de San Francisco International. La nous retrouvons Mathieu, et sommes bientot prets a embarquer. Notre vol de 19h20 nous permet de survoler une City toute eclairee par le soleil couchant et, apres un vol d’1h20, un Portland en habit de lumiere.
Fraichement debarques a PDX (le code de l’aeroport), nous prenons la direction de l’hotel, via Max, le tram local. Premieres rigolades a la decouvrerte des voix de Max : une voix americaine sensuelle invitant au voyage, et une voix mexicaine dont on a l’impression qu’elle va indiquer la taqueria la plus proche. 🙂

Le Ace hotel est situe en plein centre ville, dans le quartier de Pearl District. C’est une sorte d’hotel mi branche mi vintage, qui justifie ses prix par ce cote decale et sa localisation, plus que par ses prestations.

Cedric et Mathieu dans notre chambre, au Ace Hotel

Cedric et Mathieu dans notre chambre, au Ace Hotel

Neanmoins, la chambre triple avec la salle de bains sur le palier nous convenait et nous revenait tres peu chere pour 2 jours, d’ou le choix de cette alternative, qui s’est averee tres bonne.

Apres une bonne nuit de sommeil, et un bon cafe dans l’etablissement attenant a l’hotel, nous voici partis a la decouverte de la ville et, en premier lieu, de ses fameux doughnuts (ou donuts) voodoo !

Enseigne de Voodoo Doughnut

Enseigne de Voodoo Doughnut

Voodoo Doughnut est en effet une institution dans la ville. Ils sont reputes pour preparer ces fameux beignets recouverts de multiples nappages, tous plus caloriques, sucres, inattendus les uns que les autres. Vous connaissez mon amour limite pour les patisseries, je ne suis reparti qu’avec un old-fashioned donut, meme si j’avoue que l’Oreo Donut (du nom de ces biscuits americains tres connus) qu’un de mes comparses de voyage m’a fait goute etait attirant.

Le « petit-dej » formalise, nous arpentons la ville pour en decouvrir ses multiples facettes. Au detour des rues, nous decouvrons un Chinatown quasi-desert, sorte de quartier mi-refait mi-abandonne, assez etrange. Il reste neanmoins la porte, qui ne laisse aucun doute.

Porte de Chinatown

Porte de Chinatown


C’est egalement l’occasion de decouvrir Pearl District, et notamment son Saturday Market. En realite, il ne s’agit pas d’un marche de producteurs, mais d’un marche d’artisans, chacun presentant ses propres creations.
Apres quelques bonnes heures a decouvrir le quartier Northwest, nous atterrissons dans une microbrewery, ou micro-brasserie. Par definition, ils font leur propre biere, et fournissent aussi un fish & chips au rapport qualite prix assez interessant. 🙂

L’apres-midi, nous decidons de le passer un peu dans les « hauteurs », histoire de decouvrir un point de vue de la ville et un peu plus de verdure.
5 minutes suffisent pour louer une voiture chez Zipcar, 5 autres minutes pour la recuperer dans le garage proche de l’hotel. Et hop, nous voici partis pour le Washington Park.

Cerisier en fleur au Japanese Garden

Cerisier en fleur au Japanese Garden

Visite rapide du International Rose Garden (Portland est surnomee « The City of Roses »), car bien entendu ce n’est pas la saison propice. Apres quoi nous nous dirigeons vers le Japanese Garden, le plus beau en dehors du Japon selon un Ambassadeur du Japon aux Etats-Unis. Celui-ci devant etre un fin diplomate car, certes c’etait ma premiere visite dans un jardin Japonais, mais enfin je n’ai pas ete subjuguee par sa pretendue splendeur, et pourtant il faisait tres beau !
Ceci fait, nous n’avons pas encore eu de superbe point de vue de la ville. Certes le temps est au beau fixe, mais le ciel est nebuleux et n’offre que tres peu de contraste. L’horreur pour les photos !
Un peu de perseverance et de voiture plus tard (grace a la combinaison iPhone + Flickr + Maps), nous prenons quelques photos du panorama sur le Vista Bridge le bien nomme, et beaucoup de la Ferrari garee non loin de la ! 😀
Downtown Portland, OR depuis le Vista Bridge

Downtown Portland, OR depuis le Vista Bridge


Retour en ville, et direction une autre microbrewery de la ville, censee faire de la biere au chocolat ! Certes, elle avait bien un petit gout de chocolat, surtout l’odeur, mais pas assez pour satisfaire Cedric qui… ne boit jamais de biere.
Un peu fatigues et affames apres la journee, nous prenons la route du resto ou nous avons reserve pour 8h30… 1h20 d’attente plus tard, nous festoyons comme des rois, a la faveur du restaurateur, qui n’en finit plus de s’excuser du trop plein d’attente. On s’en sortira pour $25, avec multiples entrees, plat, dessert et boissons; l’attente valait le coup ce soir-la, d’autant plus que c’etaient des mets tres fins !

Dimanche matin, Cedric et Mathieu partent courir, tandis que je sors appareil photo en main, a la decouverte d’une autre partie de la ville. 2h30 plus tard, je reviens a l’hotel avec quelques cliches dans la boite, une ballade m’ayant conduit au bord de la riviere Willamette qui coupe la ville en deux, au Convention Center et au Rose Garden, antre des TrailBlazers (pour les vieux fans de Clyde Drexler notamment).

Au bord de la Willamette river, rive est

Au bord de la Willamette river, rive est


Il ne nous reste plus qu’a rendre la chambre, faire un autre petit tour de la ville (et notamment au Powell Bookstore, veritable dedale de livres, necessitant un plan pour pouvoir retrouver son chemin !), et se diriger vers un petit resto bien sympa, nomme Isabel Pearl. Un bon petit cafe sur le Pioneer Courthouse Square, et nous voici repartis avec Max en direction de l’aeroport.
Quelle direction choisir ? :)

Quelle direction choisir ? 🙂


En resume, un bon petit week-end entre potes dans une ville marrante a decouvrir. Reste que malgre ses cotes attrayants (restos sympas, parcs, la riviere, les celebres doughnuts), je ne me verrais pas trop vivre la-bas, car l’activite y semble assez limitee. Et puis, on s’approche de Seattle, la ville ou il pleut 300 jours par an… 😀

Toutes les photos sur mon album Flickr.

Publicités

Z’avez vos papiers ? (partie 2) : OUI !

Comme je vous l’avez indique dans le precedent article sur le sujet, je devais valider mon code en prenant le « behind the wheels test » (litteralement, examen derriere les roues). En effet, le permis temporaire qui m’avait ete delivre a l’obtention de mon code (test ecrit) n’etait valable que 2 mois. Une fois les 2 mois ecoules, il faut tout repasser !
Je me suis donc empresse de prendre un rendez-vous aupres du DMV. Eux, par contre, ne se sont pas empresses de me le donner. 😦
Pour prendre un rendez-vous pour l’examen de conduite, encore une fois plusieurs possibilites :
– le prendre en ligne sur Internet, comme pour l’examen ecrit
– le prendre par telephone
– reserver un creneau le jour de l’obtention du code, directement au bureau.
Le « probleme » avec la seconde solution, c’est que du coup le test sera fait dans le meme bureau de DMV, pour moi… San Francisco. Hors, il est beaucoup plus difficile de passer le test ici que dans les villes alentours !
Ne pouvant pas reserver le bureau de San Mateo en ligne (celui que j’avais choisi), j’ai donc subi les 10 minutes d’attente au telephone et finalement decroche mon rendez-vous pour dans…3 semaines, le 13 avril.

Restait maintenant a mettre toutes les chances de mon cote en preparant ce test.
D’abord, en discutant avec ceux qui l’avaient deja passe. Simple, mais efficace. 🙂 Ensuite, en ecumant les ressources mises en ligne par le DMV de Californie, a savoir une pelletee de videos sur Youtube ! Tres bien faites en tout cas ces videos, je les recommande aux futurs eleves. 🙂
Enfin, parce que decidement rien ne remplace la pratique, il me fallait conduire. Bon, c’est sur, ca revient vite, surtout avec plus de 10 ans de conduite derriere moi. Mais il y a suffisamment de regles subtiles et de difference de comportement des voitures qui, je le rappelle, sont des automatiques pour la plupart, pour necessiter de se « remettre en selle » un minimum.

Ne possedant bien sur pas de voiture, je suis donc passe par le systeme Zipcar pour pouvoir en louer une. Et, puisque je ne suis pas encore tout a fait debile, j’ai loue la meme pour passer l’examen. 🙂
A titre d’information, c’est tout a fait legal de louer une voiture pour passer l’examen de conduite. Il faut juste pour cela disposer d’un justificatif d’assurance sur la voiture louee.

Le grand jour arrive, je me suis presente au bureau, non sans reperer les alentours auparavant. La partie administrative evacuee (en gros, presenter son permis temporaire et l’assurance), venait ensuite l’examen. Apres un bref diagnostic de ma connaissance de la voiture, la conduite a dure environ 20 a 25 minutes, dans les rues autour. Parking marche avant, marche arriere, pas de rentree d’autoroute, bref, rien de tres sioux.
Au final, je m’en tire avec 2 fautes mineures, sur les 15 autorisees (sur la grille d’evaluation de l’examinateur – en Anglais bien sur). Mieux que le code, assurement ! 🙂 Youhouh! Je suis meme felicite par le pere du candidat qui passait apres moi. 🙂 La secretaire, quand a elle, m’a gratifie d’un « welcome in California » certes un peu passe de mode apres ces quelques 9 mois, mais qui fait toujours plaisir. 🙂
On sait donc tout de suite si on reussit le test, ce qui est cool. Ensuite, on repart avec sa voiture (!) et son permis temporaire, avant de recevoir le precieux sesame quelques jours apres (une dizaine pour moi) par la poste. Et ca donne ca :

Mon permis californien

Mon permis californien

Maintenant, je peux non seulement parcourir les routes US a ma guise, mais ausis ne plus passer pour un simple touriste a presenter mes papiers Francais a tout va ! Et ca, ca contribue a se sentir bien ici, que j’appelle dorenavant San Francisc-home

Louer un appart’ a « San Fran » (partie 1)

Bon d’accord, ce blog raconte mon installation aux Etats-Unis, et c’est bien comme ca. Mais enfin j’ai quand meme envie d’apporter ma pierre a l’edifice quand a l’expatriation des francophones dans cette region du globe. Alors modestement, avec l’experience que l’on peut avoir au bout de quelques mois dans une grande ville comme San Francisco. Mais pour l’avoir vecu, disposer d’un maximum de ressources, et d’autant de parcours differents s’avere plus rassurant au moment de franchir le grand pas.

Larkin and Clay

Larkin and Clay


Ainsi donc, je vais tenter de resumer la les grandes lignes de la recherche d’appartement a Frisco. Gardez tout de meme a l’esprit que meme si j’ai pu en discuter avec de nombreuses personnes ici, celibataires, en couple ou en famille, je n’ai visite que des studios ou des « 1 bedroom », donc je ne pourrais pas vraiment temoigner des condos ou autres maisons pour le moment. Mais il doit y avoir de nombreuses similarites.
La premiere partie aborde les questions pratiques.

J.F. partagerait appartement
Certes, ce n’est pas tout a fait en ces termes qu’il faut commencer sa recherche d’appartement, mais cela risque quand meme fortement de passer par les petites annonces.
Comme vous pourrez le voir sur de nombreux autres sites traitant du sujet, la reference en matiere de petites annonces en tout genre et en particulier sur l’immobilier, c’est l’incontournable, l’inevitable Craigslist.
Au contraire des emissions americaines, je ne suis pas la pour faire la pub d’un produit, mais il faut bien avouer qu’il est difficile de s’en passer, tellement tout le monde s’en sert. Vous pourrez toujours tenter d’arpenter les rues une a une pour voir les discretes affichettes « For Lease » ou « For Rent » indiquant un appartement a louer, mais pour avoir teste, je dois dire que ce n’est pas tres efficace, et surtout c’est ereintant !

Une recherche d'appart sur Craigslist

Une recherche d'appart sur Craigslist


Craigslist donc, c’est un site de petites annonces, independant, sans publicite, se remunerant uniquement sur les annonces d’offres d’emploi et les listings immobiliers (sic). Fonde en 1995 par Craig Newmark, il base son succes sur l’aspect communautaire et desinteresse (ou presque). Et ca marche! 10 milliards de pages vues par mois, 90 millions d’utilisateurs et 500 villes sur 50 pays couvertes.
Pour cibler sur la recherche d’appartement a San Francisco, il est donc possible de chercher par mots-cles bien sur, mais egalement d’indiquer votre budget, le nombre de pieces desire ou encore la quartier recherche.
Ce dernier critere implique de connaitre un minimum la ville. En meme temps que vous regardez a quoi ressemble les petites annonces, je vous conseille donc, si possible, d’arpenter un peu la ville. Faire des tours en voiture pour voir les differents quartiers dans les grandes lignes, puis visiter plus particulierement les endroits que vous avez repere pour les decouvrir a pied. Ainsi, vous pourrez mieux apprecier l’atmosphere, decouvrir les commodites et les gens, bref affiner votre premiere idee.

Des collines et des hauteurs…
Dans un pays ou tout est grand et ou l’appartenance a une communaute est exacerbee, choisir son quartier est important a San Fran’. Bien plus que la distance par rapport a son lieu de travail ou au centre-ville, ici d’autres criteres rentrent en ligne de compte, comme les criteres sociaux ou professionnels par exemple. Pas question de denigrer qui que ce soit bien sur, mais comme partout il est des quartiers plus reputes, mieux frequentes que d’autres. Et c’est encore plus vrai ici, ou les districts marquent de vraies differences entre eux.
Brievement, les quartiers les plus cotes sont Russian Hill, Nob Hill, Pacific Heights, Marina, Cow Hollow. Viennent ensuite SOMa (South Of Market, en partie), Noe Valley ou encore Union Square.
Generalement, ce sont les quartiers situes sur les hauteurs, ou pres de la baie et des ponts (Golden Gate et Bay Bridges).

Open bar ! euh, house…
Une fois les reperes pris, les annonces consultees, vient le temps des visites. Ici, deux modes de fonctionnement, dont un pour le moins deroutant. Premier cas, l’annonce indique un contact et un numero de telephone (au pire vous avez l’adresse e-mail), personne a joindre afin de fixer un rendez-vous. Dans l’autre cas, vous avez des horaires deja fixes, et la mention « open house », qui indique que l’appartement est ouvert aux visites aux heures donnees. En fonction du tarif, elle peux aussi implicitement indiquer que les visiteurs seront nombreux…
Dans tous les cas, et si vous disposez d’un peu de temps, il est sage d’aller faire un reperage prealable, meme si vous avez deja vu le quartier comme recommande plus haut. Cette fois, vous avez l’adresse, donc vous pouvez deja evaluer l’immeuble, les alentours, l’animation, les transports en commun etc.
Vous aurez plus d’elements au moment de la visite, donc pourrez poser plus de questions avisees a votre interlocuteur.

« C’est une-euh maison bleue, adossee a la colline-euh… »
Cette magnifique chanson (de mon point de vue) de Maxime Le Forestier, pour vous enoncer les criteres importants et specifiques a la ville a verifier lorsque l’on visite un appartement :

  • Dans l’appartement
    Evidemment, je ne vais pas vous faire la liste de tous les elements basiques a recenser lors de la visite d’un appartement : surface, hauteur, peinture…je pense que la plupart d’entre vous sont bien plus a meme d’evaluer ce genre de details.
    Pour les criteres specifiques, sachez que le simple vitrage est malheureusement monnaie courante. De nombreux immeubles etant anciens, les proprietaires ne sont pas tous proactifs sur ce terrain-la. Dans certains quartiers, sur certaines rues, cela peut vite devenir tres genant. J’en fais l’amere experience…
    Vue / vis-a-vis : Avoir une vue ne signifie pas forcement ne pas avoir de vis-a-vis, et vice versa. Sachez que la vue, specialement sur le Golden Gate Bridge se paie en general assez cher. Le vis-a-vis n’est pas rare, mais il n’est la plupart du temps pas tres genant, les gens etant assez pudiques et peu voyeurs.
    De maniere generale, les appartements sont pourvus de rangements : les cuisines sont souvent amenagees avec des placards au sol et en hauteur ; la chambre et le salon disposent de leur penderie, voire d’immense debarras appeles « walk-in closets », litteralement « placards dans lesquels on peut marcher ». Les salles de bains ont parfois un meuble sous lavabo.
    Les sols : le carrelage ici, c’est pour les murs de la cuisine ou de la salle de bains. Au sol, on retrouve dans la majorite des cas du parquet (hardwood) ou de la moquette (carpet), voir du linoleum. Dans la chambre, la moquette peut etre interessante. Mais dans le salon ou l’entree… Heureusement les cuisines et salles de bains sont epargnees.
    Souvent, les appartement sont relies au cable. Enfin, relies ; disons que vous verrez souvent un morceau de cable blanc depasser d’un mur. Libre a vous ensuite de passer par, tiens au hasard, Comcast ? pour vous brancher a Internet, la tele ou le telephone par le cable.
    Avoir le tableau de fusibles dans son appartement, c’est pas toujours mais c’est plus pratique.
  • Dans l’immeuble
    Avoir un chouette appart, c’est bien. Disposer d’un immeuble agreable, c’est encore mieux. Certes, vous ne vivrez pas dans la cage d’escalier, mais si vous pouvez disposer de quelques commodites supplementaires, vous auriez tort de vous en priver.
    Au rang des agrements les plus courants, le lave-linge et le seche-linge commun. Situes dans une buanderie (rares sont les appartements a en disposer individuellement), ils sont la plupart du temps payants (et la commence la chasse aux quarters, les inities apprecieront…). Pour moi, c’est gratuit, et ca c’est le pied !
    Directement lie a l’utilisation de ces equipements electromenagers, pensez a regarder le nombre d’appartements dans le building. Vous pourrez alors estimer leur taux d’occupation, et vous eviter de poireauter dans la buanderie pour plonger votre linge sale dans le tambour sitot que votre voisin a enlever ses vetements dudit lave-linge !
    Autre element appreciable de certains immeubles, le fait de disposer d’un roof deck, ou coin amenage sur le toit. He oui ici comme je vous le disais, peu d’appartements disposent d’un balcon. Alors l’alternative pour profiter de l’exterieur sans pour autant marcher longtemps est bienvenue.
    Parmi les elements communs, je ne vous parlerai pas de l’ascenseur ou des boites aux lettres (quoique…), mais plutot du fait que l’eau et les poubelles sont la plupart du temps pris en charge par le proprietaire. Reste a votre charge l’electricite et le chauffage, dont le montant peut beaucoup varier selon l’appartement choisi. Moi par exemple, je ne chauffe pas…
    Selon les quartiers, l’immeuble peut aussi disposer de quelques places de parking souterrain, qui peuvent accomoder ou non un appartement. Parfois aussi vous pourrez disposer d’un espace de rangement hors de votre appartement, mais c’est relativement rare.
  • Dans les environs
    Choisir un appartement, c’est aussi choisir un quartier. Ici, pas vraiment de criteres objectifs, c’est surtout une histoire de coup de coeur : certains prefereront l’activite de Mission, d’autre l’animation de Castro, d’autres encore le calme de Russian Hill ou de Pacific Heights… Et ils auront tous (leurs) raison(s).
    Neanmoins, deux trois petites choses a connaitre avant de faire son choix :
    – Comme mentionne plus haut, certains quartiers sont a eviter, autant par leur frequentation que par la pauvrete d’interet. Certes, le Tenderloin n’est pas loin du centre, mais il reunit une population un peu defavorisee dans des habitats pas forcement de premiere jeunesse.
    – Du choix du quartier dependra votre quotidien, comme la proximite des commerces, des moyens de transports, de vos connaissances aussi, le pourcentage des pentes a gravir matin et soir si vous etes a pied…
    – San Francisco est reputee pour etre un micro-climat de Californie du Nord, avec notamment son brouillard epais en Ete. Mais au sein meme de la ville, vous trouverez differents types de temps ; certes, les differences sont plus legeres, mais certains quartiers sont reputes bien plus ensoleilles ou a l’abri du vent que d’autres. En ces temps de stress, de therapie par la lumiere ou de carence en Vitamine D, ca peut aussi rentrer en ligne de compte lors du choix final.
    – Si vous possedez des objets de valeur ou tenez tout simplement a ce que vous possedez, vous allez surement faire assurer le contenu de votre appartement (les murs sont normalements assures par le proprietaire). La encore, le choix du quartier, comme de l’immeuble, peut influer sur le montant de votre cotisation annuelle. Comme partout vous me direz, mais la les renseignements demandes sont relativement precis et nombreux.
  • Le proprietaire
    He oui vous souriez peut-etre, mais le proprietaire (ou l’agence avec qui vous traitez) a son importance dans l’affaire. Que ce soit un riche proprietaire d’immeubles ou d’appartements, ou une agence reputee plus ou moins serieuse, testez sa reactivite, sa rigueur, son honnetete avant de vous engager. Cela peut vous eviter bien des deboires par la suite.
    Le proprietaire habitant dans son propre immeuble peut etre une bonne option, mais n’est pas pour autant un gage de reactivite a toute epreuve. Si vous le pouvez ou le souhaitez, discutez avec les habitants de l’immeuble, ou renseignez-vous sur la population : familles nombreuses, jeunes, personnes agees, etc.
    Si vous etes interesses par un appartement loue par une agence, renseignez-vous egalement sur elle. Certaines n’ont pas forcement bonne reputation, et c’est souvent de notoriete publique, sauf pour les nouveaux arrivants bien entendu.

Voila pour la premiere partie. Dans la seconde, j’aborderai l’aspect financier de la recherche. En attendant, laissez-moi vos commentaires, ne serait-ce que pour savoir si je continue ou pas ! 🙂
Vous pouvez egalement jeter un oeil a mon appartement, histoire de voir a quoi ca peut ressembler : A la maison
Si ceux qui sont passes par les memes demarches (et peut-etre meme avant moi) veulent apporter leur contribution, voire rectifier mes propos, qu’ils n’hesitent pas !

Viva Las Vegas!

Welcome to Las Vegas!

Welcome to Las Vegas!


Avec Decembre vient le temps des bilans et des remerciements. Yahoo! n’echappe pas a la regle, et a pour coutume de remercier ses employes avec une grosse soiree.
Cette soiree, appelee « Year-End Party » ou YEP (soiree de fin d’annee, yep etant aussi un moyen de s’exclamer Oui!), etait cette annee placee sous le signe de Las Vegas. Certes, les soirees de Yahoo! sont traditionnellement connues pour leur tables de poker, de black jack, de roulette et j’en passe. Mais cette annee, toute l’ambiance etait axee autour de la ville aux casinos.
YEP - entrance

YEP - entrance


En compagnie de Gilles, Delphine, Cedric et Thomas, tous sur notre 31 pour l’occasion, nous voila donc partis pour le San Mateo Center au sud de San Francisco. Arrives vers 20h30, nous decouvrons peu a peu les lieux, a commencer par cette allee de stars au tapis rouge de lumiere. 🙂
Apres avoir accompli les formalites d’usage (en gros, montrer qu’on avait plus de 21 ans pour pouvoir rentrer et boire 🙂 ), nous voici en route pour une soiree memorable.
Memorable, la soiree l’a ete des les toutes premieres minutes. En effet, quelle ne fut pas notre surprise de voir nos executifs des l’entree, accueillir tous les salaries et leur souhaiter la bienvenue ! Ni une ni deux, voyant les uns se disperser tandis que les autres faisaient la queue, me voici en ligne pour aller serrer la main a mon CEO (=PDG). Arrive devant lui, nous discutons rapidement, avant que j’ai la chance de prendre une photo avec les 2 fondateurs. Moment tres appreciable, immortalise par Cedric (merci l’ami) !
David Filo, moi, Jerry Yang.

De gauche a droite : David Filo, moi, Jerry Yang.


Remis de mes emotions, Cedric ayant lui aussi eu son moment de gloire, nous decouvrons les lieux, superbement decores a la maniere des casinos de Vegas. Dans la premiere grande salle, 4 grands espaces aux couleurs du Caesar’s Palace, du Luxor (et ses pyramides), de Paris (et sa Tour Eiffel !) et de Treasure Island (et son bateau pirate).
Ca, cest Paris!

Ca, c'est Paris!

Tout autour, des attractions sont organisees : Immortaliser la soiree par une photo, recuperer des tickets de tombola dans un caisson souffleur, se marier une nouvelle fois avec Elvis dans la Wedding Chapel, jouer aux
Wedding Chapel

Wedding Chapel

nombreux jeux de casinos proposes. A cote de ca, des stands de nourriture de toutes sortes (classique, japonais, et bien d’autres), et bien sur des open bars pour les soiffards. Au centre, non pas Francois Bayrou, mais un authentique DJ (en fait, pas vraiment) au milieu du dancefloor pour prodiguer quelques tubes du moment et animer la soiree.
On se dit que wow, il y a de quoi faire. Mais alors qu’on traverse la partie exterieure reservee aux fumeurs, on rentre dans la seconde salle et la, il y en a encore autant ! Des jeux d’arcade, baby-foots, billards, sans compter le concert, le duel de pianos etc.

Personnellement, je suis principalement reste dans la premiere salle ou, apres avoir mange et discute avec les collegues Francais et Americains avec qui on s’etait donne rendez-vous, je me suis dirige vers une table de poker.

Yeah baby!

Yeah baby!


Comme je vous l’ai dit, les jeux de casinos sont un peu une tradition dans les fetes de fin d’annee de Yahoo!. Sauf qu’a l’entree on se voit attribuer un ticket, que l’on echange contre des jetons (chips) pour aller jouer. Au final, on ne joue aucun argent, mais on n’en gagne pas non plus. Le seul attrait est de gagner le plus de jetons possibles pour les echanger contre des tickets de tombola, et prier pour etre tire au sort. Les lots mis en jeu sont vraiment sympas, tels des voyages a Las Vegas (la vraie!) ou autres sets de Poker.
Grace a Thomas, qui m’avait auparavant appris les rudiments, je n’ai pas regrette d’avoir rejoint une table de poker. Meme si on ne joue pas d’argent, on s’y croit vraiment et le stress monte d’autant. Je n’ose pas imaginer avec ses propres deniers ! 🙂 J’ai tres honorablement double ma mise, avec quelques mains memorables dont un full et surtout un carre d’as !

Malheureusement, la soiree est passee tres (trop) vite. Juste le temps de changer ses jetons en tickets, de prendre quelques dernieres photos et de manger quelques sushis, et nous voila repartis vers 1h du matin en direction de la City.
C’etait tout de meme une excellente soiree, pas forcement meilleure que celles que l’on a eu en France avec Kelkoo, mais assurement beaucoup plus organisee et avec beaucoup plus de moyens ! Ils savent tres bien y faire, et c’etait de circonstance avant d’enchainer sur une des semaines parmi les plus execrables de mon parcours chez Yahoo!…
J’espere maintenant deux choses: d’une que je puisse participer a la prochaine et de deux, que la prochaine soit encore plus grandiose et surtout plus longue que celle-ci ! 🙂

Treasure Island

Treasure Island

Toutes mes photos
La soiree vue par Cedric
La soiree vue par Cecile et Julien

PS: cette soiree etait aussi l’occasion pour Yahoo! de faire participer ses collaborateurs a une collecte de fonds et de nourriture pour les plus demunis. Les Yahoos, convies a la soiree et n’ayant rien a payer, ni entree, ni nourriture, ni consommations, pouvaient soit faire le geste d’apporter des conserves alimentaires, soit de participer au duel de pianos en demandant une chanson et faisant une promesse de don.

Ils l’ont fait !

Barack Obama, 44eme President des Etats-Unis d'Amerique
Tout le monde en parle, de plus en plus depuis 2 ans maintenant. Lentement, la condition des Noirs aux Etats-Unis a evolue, illustree par les reves de Martin Luther King, C’est devenu une realite. Apres Hilary Clinton, Barack Obama, Senateur de l’Illinois, a battu John McCain pour devenir le 44eme President des Etats-Unis d’Amerique.

Comnent ne pas en parler donc sur ce blog, tant cette nouvelle est universelle, tant ce pays a de l’importance dans le monde, tant cela a de la signification. Et puis mince, ce sont mes premieres elections sur le territoire !

Je n’ai pas envie que ce blog devienne politique mais, etant d’accord avec la maxime indiquant que “la Democratie est le pire des regimes a l’exception de tous les autres”*, je ne peux que me rejouir qu’elle reussisse une fois de plus.

Je felicite donc les habitants de ce pays, qui savent le faire evoluer, meme si tout n’est pas parfait. Rien de nouveau sous le soleil, en tout cas rien de tres polemique me concernant. Je sais que tout le monde ne voit pas ca forcement du meilleur oeil (si si, je vous jure), mais pour ma part comme pour beaucoup d’Americains et de Francais, je trouve ca interessant.

Je ne suis pas de ceux qui pensent que nous sommes sauves parce qu’il a ete elu, comme je ne pensais pas que nous serions fichus si McCain avait ete elu. Enfin, je pensais quand meme que nous serions fichus si Sarah Palin etait devenue Vice-Presidente, comme beaucoup. 🙂 Les Etats-Unis restent les Etats-Unis meme avec un nouveau President, avec leurs immenses qualites et leurs immenses defauts. Tout ne va pas etre revolutionne en un jour, mais il sera passionant de voir comment, lors de ces 4 prochaines annees, la nouvelle administration va se sortir des crises, des conflits, et de tout un tas de challenges environnementaux, sociaux, mondiaux.

Comme vous l’avez peut-etre vu, notamment au travers de cette explication sur le blog de Cecile et Julien, les elections ne sont pas reduites au seul choix d’un President, mais aussi d’un certains nombre de Senateurs, de Representants divers, et d’opinions sur differentes mesures, qu’elles concernent un Etat, plusieurs ou la Nation tout entiere.
Vous trouverez ici ou la les resultats complets de ces mesures, mais la plus citee, en tout cas en Californie, concernait la suppression du mariage des personnes de meme sexe. Cette mesure a ete votee, ce qui augure de droles de situations dans l’Etat.

Pour tous ces enjeux, que ce soit les supporters d’Obama ou les ardents defenseurs de telle ou telle mesure, l’effort a ete mene jusqu’au bout, atteignant son paroxysme hier soir. Outre les traditionnels badges, pancartes aux fenetres,  hier soir des militants etaient aux quatre coins de la Ville, incitant les passants et les automobilistes a voter en faveur de la cause qu’ils defendaient, meme a quelques minutes de la fermeture des bureaux de vote. Un tel engagement est vraiment quelque chose a noter**.

A note egalement, la dignite de la reaction de John McCain. Bien sur vu l’ecart dans les resultats, l’heure n’etait pas a la fanfaronnade. Mais il faut quand meme apprecier son fair-play, dont certains politiques Francais auraient raison de s’inspirer. Apres un tel combat dans la campagne, c’etait la moindre des choses de feliciter son adversaire pour son travail, son courage et sa victoire.

Outre les consequences de cette election, reste encore un point en suspens : que va-t-il advenir de Sarah Palin ? En deux ans, beaucoup de choses peuvent se passer. Celle qui a ete victime d’un canular de la part de Quebecois va-t-elle surmonter les epreuves pour se retrouver seule en course dans deux ans, lorsque la campagne pour la prochaine election va debuter ? Ou va-t-elle retourner a ses cheres etudes en Alaska sous la recommendation du Parti Republicain, qui ne voudra pas recommencer a compter les bourdes de sa pouliche et risquer ainsi une nouvelle election d’un (ou d’une) Democrate ?

Car oui, d’aucuns considerent que la condition des Afro-Americains dans la classe politique Americaine est meilleure que celle des femmes. Hilary, surement pas totalement remise de son eviction (en regle) de la course a la Maison Blanche, pourrait vouloir prendre sa revanche dans 4 ans. Ceci pourrait coincider avec une nouvelle etape dans l’evolution du pays et de ses moeurs.

Nous n’en sommes pas encore la, mais quoi qu’il en soit, l’Histoire est déjà en marche.

– Voir l’article de Cedric sur le sujet
*: Voir quelques autres citations sur la Democratie
**: Une illustration de cet engagement

Citrouilles et Caisses a savon

Il y a une dizaine de jours, j’ai eu un bon petit week-end dans et autour de San Francisco.

Red Bull...s

Red Bull...s

Tout d’abord samedi, rendez-vous etait donne avec Cedric pour assister a la Soap Box Race ’08, sponsorisee par une celebre marque de boisson energisante (et au gout complement horrible, soit dit en passant).
La Soap Box Race litteralement, c’est une course de caisses a savon. Et les caisses a savon, ce sont de petites autos generalement pour les enfants, pour faire comme les grands. Sauf que cette course est pour les grands, pour faire comme les enfants.
Cet evenement est un melange entre grand-prix automobile, un meeting de catch et la celebre Coupe Icare. Pour les incultes (et vlan!), voici de quoi vous enduire la cervelle : Coupe Icare sur Wikipedia
Grand-Prix automobile, car il s’agit d’une course de vehicules dans les rues de San Francisco (plus precisement une portion de Dolores Street, entre la 20eme et la 22eme), avec un classement, des ralentis, des gagnants etc.

Interview davant course

Interview d'avant course

Meeting de catch, car les concurrents sont interviewes avant la course dans le Pit Row (les stands), parlent de leur bolide et de leur strategie, et expliquent pourquoi ils vont gagner (ils ne menacent pas leurs adversaires par contre, donc l’analogie s’arrete la).
Enfin Coupe Icare donc, car pour ceux qui connaissent et ceux qui ont pris le temps de cliquer sur le lien ci-dessus (comment ca, pas encore ???), les bolides et leurs concepteurs / conducteurs sont decores / deguises / maquilles sur un theme precis. Et ce qui fait tout le charme de cette course. De plus, les symboles ne manquant pas dans cette ville, beaucoup de caisses etaient directement inspirees de tout ce qui fait de cette ville un endroit cosmopolite mais aussi quelque part injuste.

Log Man on Fire

Log Man on Fire

Comme les americains sont de grands enfants, mais aussi de redoutables organisateurs au sens commercial aiguise, tout est deja pret et en route lorsque les gens arrivent sur les lieux. Le R** B** commence a couler a flots, les goodies sont distribues avec des allures de caravane du tour de France, les ecrans geants tronent d’un bout a l’autre du Dolores Park.
De maniere plus ou moins voulue, on a deniche avec Cedric une place pas tres confortable mais plutot strategique : A mi-chemin, juste avant le saut, a cote de la pit row, et juste derriere les barrieres. Il n’y avait guere que les photographes officiels et quelques bras tendus au-dessus pour nous gacher la vue.

Le Golden Gate Bridge sur roues

Le Golden Gate Bridge sur roues

On a donc pu voir les premieres attractions, l’entree des bolides sur la piste et la descente effrenee de la moitie d’entre eux environ. Le reste, on n’a pas trop suivi, car ca dure quand meme pres de 3 heures dans des circonstances un peu precaires. 🙂

Home Run! - une caisse a savon

Home Run! - une caisse a savon

Reste que je suis bien content d’avoir vu ca, avec l’engouement des gens et l’inventivite des concepteurs de caisses, ca a donne un agreable moment.

Changement de decors dimanche, mais aussi de… temps.
Apres une journee magnifique samedi, le dimanche s’annoncait beaucoup plus brumeux. Reste qu’ayant deja planifie de sortir, je n’allais pas abandonne si facilement.
Toujours avec Cedric, mais accompagne de Jean, Thierry et Benoit, des Yahoo! venus de France pour quelques temps, nous voici tout d’abord parti vers Twin Peaks. Ces celebres collines offrent une vue imprenable sur San Francisco. Imprenable certes, mais bouchee par les nuages. Dommage… pour eux, car nous on va pouvoir y retourner ! Les gars, je plaisante ! 😉
Pas mal de touristes et des photos qui ne rendent rien, donc on ne traine pas. On prend la direction de Marina et Half-Moon Bay ou, Halloween oblige, le festival de la citrouille se tient.
La-bas non plus le temps n’est pas terrible. A peine arrives, on y croise Julien, Cecile, Reem et Ramy, qui avaient deja bien profite du festival.
Nous ne nous y attarderons finalement pas trop, car le temps ne nous a pas trop encourage, malgre la possibilite d’assister au concours de mangeage de tarte a la citrouille (burp…) et le stand jamais decouvert de glace a la citrouille. Tant pis.
La voiture redemarre, direction la Marina, pour y deguster un fish’n’chips et autres specialites de la mer. Ou pas, n’est-ce pas Benoit ? Il etait bon, ce New-York steak ?
Toujours peu emballes par notre breve ballade sur le quai, pris entre le vent et le froid, nous decidons de rentrer dans la City et d’apprecier son cachet. Et quoi de mieux que de descendre une fois Lombard Street, alias la fameuse rue sinueuse et o combien pentue de San Francisco, connue a travers le monde ? He bien… la descendre 2 fois, pardi ! Merci a Jean pour sa conduite sportive mais sa conduite quand meme, qui m’aura permis de prendre des photos depuis Lombard !

Vue depuis Lombard Street

Vue depuis Lombard Street

S’en est suivie une longue seance photographie, car c’est un des points communs de tous les passagers de la voiture.
Une fois les portraits, paysages, macros, files, voire les photos paparazzis (hein les gars…) realisees, nous nous dirigeons vers un autre point de vue remarquable de la ville : Telegraph Hill et sa fameuse Coit Tower.

Telegraph Hill - Coit Tower

Telegraph Hill - Coit Tower

La encore, pour les incultes et portes sur la chose de surcroit, voici de quoi assouvir votre desir… de culture : Lilie Coit (en Anglais) et sa Coit Tower (en Francais).
La encore, nous avons mitraille dans tous les sens et jusqu’a la tombee de la nuit, avant d’aller nous restaurer.

Au final, encore un week-end bien sympa, fait de bons moments entre amis, franches rigolades, belles decouvertes et belles photos ! On remet ca quand vous voulez, du coup ! 😉

Ressources :
Mes photos de la Soap Box Race
Mes autres photos de San Francisco

Un festival, des…?

Ces deux derniers week-ends ont ete l’occasion pour moi (et pour quelques autres, il parait) de decouvrir deux des festivals les plus reputes de San Francisco.

Folsom Leather Street Fair

Folsom Street Fair 08

Folsom Street Fair '08

Ames sensibles s’abstenir. Sous ses airs de rassemblement folklorique de rue se cache en realite une manifestation a deconseiller aux plus jeunes et aux plus prudes. 🙂
En effet, ce festival est l’occasion pour un certain nombre de personne (residentes ou pas) d’exprimer, ou devrais-je dire d’exhiber leur… « vraie personnalite ». On y croise pele-mele des homosexuels, des adeptes du sado-masochisme, des hommes nus, des femmes dans un etat similaire, j’en passe et des pires / meilleurs.
Parmi les « stands » notables de cette foire, il y a des scenes musicales, des stands de nourriture (quand meme), un stand incitant a s’inscrire sur les listes electorales ou s’inscrire a Zipcar (service de locations de voitures). On y trouve aussi des ventes d’objets en tout genre, y compris des sextoys.
Vous me trouvez raccoleur ?

Vous me trouvez raccoleur ?


Enfin, le stand qui a certainement le plus choque tout le monde, en tout cas ceux que je connais, est cette exhibition de Sado-masochisme. Sans m’epancher trop sur le sujet, car ca me rememore de mauvais souvenirs :). Il s’agit d’un endroit ou des personnes du public se portent volontaires pour se faire fouetter, attacher, caresser sur des parties sensibles, ou ridiculiser. C’est une experience assez incroyable, que je n’imaginais pas voir un jour en pleine rue.
Rassurez-vous (comme vous pouvez), ceci n’a lieu qu’une fois par an, dans une 4-5 rues de long sur 1 rue de « large », encadree par la Police et par des barrieres. Bien qu’un panneau indique que la nudite est interdite, il est tout de meme possible de croiser des personnes nues, certaines se masturbant meme en pleine rue ou en prenant des photos du stand sado-masochiste. Tout simplement ecoeurant pour ma personne.
Au final, je n’y suis reste qu’a peu pres une heure et demie, soit le temps de se rendre compte de ce qu’etait cette manifestation, et de savoir que je n’y retournerai probablement jamais. 🙂
Je n’ai pas encore le recul necessaire pour vous dire si j’estime ce genre de rassemblement de bon aloi, mais enfin on peut au moins penser qu’il subsiste une certaine tolerance a l’egard des minorites dans cette ville de San Francisco, et que dans un sens ca rassure.
Apres ca, un petit tour a la Boulange de Hayes puis au Ti Couz avec de nouvelles connaissances majoritairement Francaises m’a grandement aide a apaiser mon ecoeurement de la journee et a me faire retrouver un petit bout de France a SF. Un espresso, deux caneles, deux crepes et une ou deux bolees de Cidre m’ont bien aide. 🙂

Je ne publie pas les photos ici, mais vous pourrez en retrouver quelques unes sur ma page flickr ou l’article de Cedric.
Si vous avez le courage de vouloir en savoir plus

SF Love Fest

Le char de tete

Le char de tete

Une semaine plus tard, l’ambiance etait un peu plus sereine et bonne enfant, meme si certains hommes nus se promenaient encore en tout debut de la parade. Ils ont du etre pries de regagner leur domiclle assez rapidement par la Police je pense.
Mais c’etait une bien belle parade, cette Love Fest. Une des nombreuses filles de la celebre Love Parade nee a Berlin, cette parade n’est pourtant pas tres longue. Elle remonte simplement Market Street, et plutot rapidement. Au final, le defile des chars proprement dit ne dure que deux heures environ, mais la musique commence un peu avant 11h30 et se finit aux environs de 21h. Autant dire que le gros de l’evenement se situe sur la « Place du Village », c’est-a-dire devant le City Hall (la Mairie). Tous les chars se mettent autour, les marchands de nourriture aussi, les incitateurs sont la toujours. Les jardiniers de la Ville doivent avoir pas mal de boulot dans les semaines qui suivent, car bien entendu toutes les pelouses et les fleurs qui vont avec sont pietinees par les participants.
Play the music!

Play the music!


Au niveau du contenu, il s’agit d’une manifestation de musiques electroniques, avec tout un tas de styles, y compris un char Trance Psychdelique. Ce dernier etait plutot bien place d’ailleurs, et attirant pas mal de public.
A vrai dire, la parade est encore jeune je crois, et assez differente de ce qu’on croise en Europe. Les gens suivent moins le defile, et restent sur le bord en prenant des photos. Il faut dire aussi que la parade est plus courte, et les chars vont deux fois plus vite qu’ailleurs.
Le char Tantra (Trance Psychedelique)

Le char Tantra (Trance Psychedelique)

Ayant profite d’une grande partie de l’evenement, je suis ensuite alle mange avec Cedric et Thomas, avant de me diriger vers la soiree Tantra, une des nombreuses afters officielles de la LoveFest, sur le theme Trance Psychedelique bien sur. Pour ceux que ca interesse, *christine*, Chromatone et Penta etaient notamment au programme. Ceci etant, cette soiree m’a un peu decue au niveau qualite et m’a grandement ouvert les yeux sur la qualite des soirees proposees par l’Association Hadra, dont j’ai ete un membre actif (enfin je crois), et qui est chere a mon coeur.
Confettis !

Confettis !

Mes photos
Les photos de Cedric
Pour en savoir plus…