« Happy 4th of July! »

Petit article pour faire un point rapide sur ce mois de juillet assez rempli !

2 juillet:

j’ai fêté mon anniversaire avec des collègues autour d’un petit lunch sympa, en terrasse au soleil. Simple, mais toujours plaisant. 🙂

3, 4 et 5 juillet:

Après avoir tergiversé entre Los Angeles, Las Vegas et San Diego, je suis finalement parti avec Jean (nouvel arrivé en provenance de Yahoo! Echirolles) et son colloc’ en direction du Lake Tahoe. Départ à la fraîche de San José, voyage de 5 / 6 heures pour arriver à notre « superbe » auberge de jeunesse, qui n’était plus de première fraîcheur.

Déjouant les tentatives d’escroquerie du tenancier, nous résiderons finalement 2 nuits dans cet endroit paradisiaque en compagnie de diverses personnes et… d’une chauve-souris.

En ce vendredi après-midi, après un petit lunch rapide à Sprouts (merci Cédric), nous voici sur la route autour du Lake. Au programme, superbes points de vue, Fallen Leaf Lake, Emerald Bay et Fanette Island notamment.

Le reste du tour est un peu moins intéressant, tout étant très urbanisé et privatif (jusqu’aux pontons sur le lac !). Un petit tour dans le Nevada, et nous voici revenus à South Lake Tahoe / Stateline. Le temps pour moi de faire un petit tour dans l’eau (pas si) froide du lac avant la tombée de la nuit. Notre repas du soir se fera dans une brasserie à l’attente interminable, après avoir assisté à un sympathique coucher de soleil.

Le lendemain 4 juillet, levé pas trop tard pour une rando sympathique du côté de Echo Lakes. Pas très difficile, cette marche de 10 miles aller-retour nous aura permis de voir quelques paysages superbes, de nous promener tantôt au soleil cuisant tantôt à l’ombre rafraichissante, et pour ma part de me baigner dans Aloha Lake, un charmant lac de montagne.

Aloha Lake

Aloha Lake

Suite à notre rencontre avec pêle-mêle un alpaga, des campeurs peu scrupuleux et des moustiques, nous rentrons suffisamment tôt pour l’événement de la journée, à savoir le feu d’artifice de la fête d’Indépendance des Etats-Unis (4 Juillet 1776). Beaucoup de monde au bord du lac, mais nous parviendrons quand même à voir un spectacle magnifique, reflété dans les eaux du lac.

South Lake Tahoe - Feu dartifice sur le lac

South Lake Tahoe - Feu d'artifice sur le lac

Le dimanche, alerté par des travaux sur la route du retour (merci Cécile), nous décidons de changer notre programme et de quitter les lieux plus tôt que prévu, afin de faire une halte à Sacramento. Nous arrivons là-bas pour manger, puis visite rapide de Old Sacramento, et retour a casa, dans les bouchons quand même. Malgré tout, un bon petit week-end baignade, promenade et détente, juste ce qui me fallait !

Old Sacramento - diligence

Old Sacramento - diligence

10-12 juillet:

Petit festival psytrance du côté de Belden Town, CA. Mi-village mi-camping, c’est un endroit charmant, près d’une rivière, avec beaucoup d’ombre. Un temps magnifique, et la possibilité de mixer encore une fois, et d’écouter quelques groupes mythiques. Nice! 😉

14 juillet:

Repas de Frenchies chez Yahoo!, où pour l’occasion je me suis habillé en bleu-blanc-rouge. Menu classique des US, toutefois agrémenté de Pastis bienvenue avec cette chaleur (merci Gilles) !

Histoire de rester dans l’ambiance, nous décidons de nous retrouver le soir du côté de Belden Place, une petite rue du « quartier Français » de San Francisc-home. Bon, là il faut payer $10 l’entrée (!) avec une conso, mais c’est la fête nationale (Bastille Day) alors allons-y ! On finira la soirée du côté du Ruby Skye, une boîte branchouille de la City avec champagne et French Can Can. 🙂

25 juillet:

Léna nous rendant une petite visite à SF, nous en profitons pour lui faire découvrir Sonoma, la vallée des vins dans laquelle j’étais déjà allé en Avril dernier.

Gundlach Wineries - Sonoma, CA - Léna, Cédric et moi

Gundlach Wineries - Sonoma, CA - Léna, Cédric et moi

Finalement au cours d’une journée bien chaude, nous nous arrêterons de nouveau à la boulangerie Basque (miam, la salade Niçoise !), ferons 2 wineries (je recommande définitivement B.R. Cohn) et finalement rentrerons par la East Bay pour un petit repas Italien dans le quartier North Beach.

31 juillet:

Bon, techniquement nous n’y sommes pas encore aux US à l’heure où j’écris ces lignes, mais c’est le jour d’arrivée de Jocelyne et François sur le territoire Américain, donc un événement notable dans leur vie et dans la mienne !

Ils resteront deux semaines, dont la première passée en ma compagnie du côté des parcs, canyons et autres Etats du Grand Ouest Américain. Vivement les vacances !

J’aime les 28 mai

Devant le Warfield Theatre

Devant le Warfield Theatre


Oui bon d’accord, c’est peut-etre un peu definitif comme expression, mais il faut dire que depuis deux ans, cette date me reussit plutot bien.
L’an dernier -c’est l’occasion d’en reparler- a cette meme date, je me trouvais a l’Ambassade des Etats-Unis. J’obtenais alors mon visa L-1, derniere etape majeure avant d’embarquer vers cette nouvelle aventure a San Francisco. Le lendemain d’ailleurs, ce meme visa etait produit et envoye a mon domicile avec mon passeport. D’ou l’adresse de ce blog, d’ailleurs. Petit coucou a Pauline au passage.

Cette annee, c’etait un jour bien different, mais tout aussi agreable.
Fan du groupe (The) Prodigy depuis 1996, grace notamment a mes amis Simon et Jeremy, c’etait l’occasion de realiser un de mes objectifs depuis toutes ces annees, a savoir les voir en concert.
Apres une journee de boulot bien remplie, comment d’habitude chez Yahoo!, je prends la navette retour vers la City. Le temps d’engloutir un sandwich, et me voila devant le Warfield Theatre sur Market Street, a attendre 20h pour l’ouverture des portes. On mesure l’ambiance, et la pression monte pour moi.

Arrivee sans encombres a l’interieur, je suis surpris de voir un lieu super sympa, un peu semblable a l’Orpheum, ou j’etais alle voir Wicked. Un peu etrange me direz-vous, pour un groupe a mi-chemin entre les musiques electroniques, le rock, le punk etc. Qu’importe, l’ambiance est la, le groupe aussi, et c’est bien la le principal !

Le temps de poser mes vetements au vestiaire, de reperer les lieux et de faire l’acquisition d’un t-shirt, me voici « plante » derriere la regie, pret a recevoir les vagues d’energie. Ca commence tranquillement avec les Tenderlions, groupe local electro, qui fait se tremousser la foule. Interessant, mais ce qui nous attend est tellement enorme, qu’on n’arrive pas a adherer totalement.

Le groupe finit, la scene est debarrassee, et l’attente finale commence. Vers 22h10, le moment tant attendu. Le groupe arrive, et la salle bouillonne, et c’est parti !
Un peu plus d’une heure 20 de folie, c’est peu mais a la fois tellement intense !

Au final, un souvenir inoubliable avec un melange des titres de leur dernier album, de leur plus gros « tubes » et de quelques tracks live. Meme si pour eux, la salle et surtout la scene n’etaient pas immenses, ils auront quand meme produit un spectacle enorme, allant et venant dans la foule, comme a l’accoutumee. Petit clin d’oeil a l’inge lumiere aussi, qui a reussi une belle prestation !

Alors oui, cette annee encore, j’aime le 28 mai !

Pour voir d’autres photos (prises depuis mon iPhone), cliquez sur l’image :

Keith Flint pendant Firestarter

Keith Flint pendant Firestarter

Memorial Day, week-end memorable

Le week-end du 23-24 mai etait un week-end prolonge pour nous aussi. En effet nous ne travaillions pas lundi, car c’etait Memorial Day. Le jour du souvenir pour les Americains, l’occasion de d’honorer les victimes des differentes guerres auxquelles ont participe les Etats-Unis.

Un peu loin de ces considerations il faut bien le reconnaitre, c’etait surtout le pretexte pour Cecile, Julien et moi de s’eloigner de la Bay Area, et de s’offrir un week-end de campeurs.
Nous voila donc partis ce samedi apres-midi en direction du Sud, vers San Luis Obispo (non, pas le chanteur). Apres quelques bouchons mais une belle maitrise des vitesses de Californie de Julien, nous arrivons en fin d’apres-midi a San Simeon State Park, camping sympathique pres de Cambria, CA. Le soleil se couchant rapidement, il est tout de suite temps de monter les tentes (dont la mienne, toute neuve !) et de lancer le barbecue !

Premier plan : ma tente; second plan : le barbecue en preparation

Premier plan : ma tente; second plan : le barbecue en preparation


Bon petit barbec’ sympa avec merguez, et tout ce qui va avec (merci Cecile). Il commence a faire froid, nous n’avons pas beaucoup de feu, et nous sommes fatigues. C’est sur, demain on fera mieux, mais pour l’instant, dodo !

Dimanche matin, apres un bon petit-dej -au froid-, une douche -payante !- et quelques courses, nous prenons la route de Pismo Beach, via Morro Bay et… San Luis Obispo, que nous visitons un peu a notre insu. 🙂
Petite ballade sur la plage de Pismo Beach, en evitant les…4×4 qui, contre $5, peuvent rouler et se garer directement dessus ! Incroyable, ils sont fous ces Americains !

Le temps n’etait pas magique, je ne tenterai pas la baignade. Apres manger, promenade retour sur la plage, puis nous reprenons la voiture, direction Morro Bay.

Morro Bay, CA

Morro Bay, CA


Petite halte pour profiter de l’air vivifiant du Pacifique, et faire quelques photos du gros rocher et des pelicans.
Enfin, retour au camping pour notre seconde soiree. Cette fois, on achete quelques buches, et on fait un vrai feu !
Apres un bon barbec aux saveurs locales (decouverte de la fameuse saucisse de Cambria !), et une initiation aux joies du camping version colo pour Cecile et Julien, a savoir Bananes au chocolat au feu et Marshmallows au feu, on fait flamber la baraque ! 🙂
Pour finir on va se rechauffer du cote de Cambria. Le temps de decider que je n’habiterai jamais la-bas, puis on rentre.

Dernier jour, la remontee vers la ville. nous prenons la California Highway 1 pour longer les cotes.
Une halte pour voir les sea lions puis du cote de Big Sur, ses jolis paysages et ses fameux ponts. Enfin, detour par Carmel, et retour a la maison.

Pfeiffer Burns State Park - closed beach

Pfeiffer Burns State Park - closed beach


Un bon petit week-end tranquille, pour changer d’air et de paysage, et les idees qu’on resasse. Objectif atteint, c’etait super ! Merci Juju et mom-to-be ! 😉

Les autres photos du week-end : c’est ici.
Le week-end raconte par Cecile et Julien : c’est la.

Un samedi a Sonoma

Ma copine Maelle et moi etant amateurs de bon vin -je n’ai pas dit pochtrons-, nous avons donc decide d’aller passer un samedi du cote de Sonoma.

Situee a environ 70 km au nord de San Francisco, Sonoma est avec Napa une des villes les plus reputees en matiere de production vinicole de Californie, des Etats-Unis voire maintenant du monde. Petit village, Sonoma a comme sa grande soeur Napa donnee son nom a la vallee qui l’entoure. Alors que Napa est plus touristique et prestigieuse (avec notamment la presence des domaines Mondavi et Coppola), Sonoma se veut plus sobre et, selon les gens de la region, produisant de bien meilleurs crus que ceux de la region voisine.

Nous fiant aux conseils de mes amis et des guides amicalement pretes par Cedric, nous sommes donc partis aux alentours des 11h de Richmond, CA. Une heure plus tard environ, nous arrivions dans Sonoma, sous un beau soleil. Arret sur la place principale du village, un chouette parc abritant le city hall, et entoures de motels et de restaurants. Selon mes reperages, nous prenons un petit lunch a la Boulangerie Basque. Apres ce petit pique-nique sur l’herbe, nous voici partis a l’assaut des nombreux vignobles que compte la Sonoma Valley.

Nous commencons par le domaine Sebastiani, situe juste a cote de la place. Il m’avait ete recommande par une de mes anciennes collegues, car son grand-pere y avait travaille. Nous avons moderement apprecie, a la fois le cadre ambiance boutique et les vins, pas mauvais mais plutot quelconques. Sans regret pour autant, car a $10 la degustion, nous avons eu le droit a 5 vins, et sommes repartis avec quelques conseils et une carte de la vallee, tres pratique !

Entree du Domaine St Francis - Sonoma, CA

Entree du Domaine St Francis - Sonoma, CA

Ces informations en main, nous decidons de remonter toute la vallee, pour aller directement au Domaine St Francis. Nous y decouvrons un cadre beaucoup plus sympathique, un peu plus chateau et un peu moins boutique. Les tarifs sont les memes, environ $10 de partout pour 4 a 6 vins differents, majoritairement rouges. Enchante par un Chardonnay Carneros 2006, je repars avec une bouteille, la degustation etant decomptee pour cause d’achat. Apres un petit tour dans le parc, quelques photos, nous voici repartis en direction de Chateau Saint Jean.
Domaine Chateau Saint-Jean - Sonoma, CA

Domaine Chateau Saint-Jean - Sonoma, CA

La encore un decor sympathique, ou il est meme possible de faire un repas gastronomique avec degustation de vins « appaires » aux mets. Maelle conduisant, je bois donc tout seul cette fois-ci. Une bonne degustation, mais je suis moins emballe. Peut-etre un peu refroidi par le « serveur », lui-meme assez glacial.

Panneau indiquant les wineries - Sonoma, CA

Panneau indiquant les wineries - Sonoma, CA

Encore quelques photos, on profite du paysage et l’on repart chez B.R. Cohn. Partis pour une degustation normale, nous nous faisons conseiller un vin dont l’arome se rapproche du chocolat. Intrigues, nous sommes agreablement surpris par ce vin liquoreux, au nez si particulier, si doux en bouche et un peu amer en note finale. Nous repartons avec deux demis-bouteilles (sans surprise, ce vin est cher), dont une sera… un cadeau de mariage.

Enchantes par ces degustations, mais un peu atteints quand meme, la chaleur aidant, nous en finissons la avec le vin. Le reste de l’apres-midi sera consacre a une visite rapide des lotissements autour de Sonoma, histoire de s’apercevoir du privilege des gens habitant ces demeures. Enfin, retour au parc pour une petite sieste bien meritee, une petite brise courant dans les cheveux.

Pour ma premiere « route des vins », j’ai apprecie ces degustations dans un cadre agreable. On peut vraiment decouvrir la production d’un domaine, et comparer les vignobles les uns aux autres. A refaire donc, dans Sonoma Valley, Glen Ellen, Russian River, Napa etc. 🙂

Sur un coup de tete

Le week-end du 17-19 avril a ete l’occasion pour 2 Frenchies et moi de partir a la decouverte de la ville de Portland, en Oregon.

Au bord de la Willamette river, Portland, OR

Au bord de la Willamette river, Portland, OR


L’Oregon est un etat situe juste au-dessus de la Californie. La ville de Portland est reputee etre la plus grande ville entre San Francisco et Seattle… en gros, c’est plus grand que Sacramento, et c’est a peu pres tout. Situee au Nord, tout proche de l’etat de Washington, la ville s’etend sur environ 376 km2 et compte pres de 575 000 habitants. A titre de comparaison, la ville de San Francisco compte plus de 800 000 habitants sur pres de 600 km2.

Tout ca c’est bien joli, mais pourquoi Portland me direz-vous ? Relisez le titre, je vous repondrai ! 🙂
Oui tout ca s’est un peu decide sur un coup de tete : une envie commune de voyager, de bons echos de quelques personnes, des prix abordables au niveau logement et transport, une nouvelle ville a connaitre.

Nous voila donc parti ce vendredi soir, ou plutot milieu d’apres-midi avec Cedric, direction l’aeroport « Domestic » de San Francisco International. La nous retrouvons Mathieu, et sommes bientot prets a embarquer. Notre vol de 19h20 nous permet de survoler une City toute eclairee par le soleil couchant et, apres un vol d’1h20, un Portland en habit de lumiere.
Fraichement debarques a PDX (le code de l’aeroport), nous prenons la direction de l’hotel, via Max, le tram local. Premieres rigolades a la decouvrerte des voix de Max : une voix americaine sensuelle invitant au voyage, et une voix mexicaine dont on a l’impression qu’elle va indiquer la taqueria la plus proche. 🙂

Le Ace hotel est situe en plein centre ville, dans le quartier de Pearl District. C’est une sorte d’hotel mi branche mi vintage, qui justifie ses prix par ce cote decale et sa localisation, plus que par ses prestations.

Cedric et Mathieu dans notre chambre, au Ace Hotel

Cedric et Mathieu dans notre chambre, au Ace Hotel

Neanmoins, la chambre triple avec la salle de bains sur le palier nous convenait et nous revenait tres peu chere pour 2 jours, d’ou le choix de cette alternative, qui s’est averee tres bonne.

Apres une bonne nuit de sommeil, et un bon cafe dans l’etablissement attenant a l’hotel, nous voici partis a la decouverte de la ville et, en premier lieu, de ses fameux doughnuts (ou donuts) voodoo !

Enseigne de Voodoo Doughnut

Enseigne de Voodoo Doughnut

Voodoo Doughnut est en effet une institution dans la ville. Ils sont reputes pour preparer ces fameux beignets recouverts de multiples nappages, tous plus caloriques, sucres, inattendus les uns que les autres. Vous connaissez mon amour limite pour les patisseries, je ne suis reparti qu’avec un old-fashioned donut, meme si j’avoue que l’Oreo Donut (du nom de ces biscuits americains tres connus) qu’un de mes comparses de voyage m’a fait goute etait attirant.

Le « petit-dej » formalise, nous arpentons la ville pour en decouvrir ses multiples facettes. Au detour des rues, nous decouvrons un Chinatown quasi-desert, sorte de quartier mi-refait mi-abandonne, assez etrange. Il reste neanmoins la porte, qui ne laisse aucun doute.

Porte de Chinatown

Porte de Chinatown


C’est egalement l’occasion de decouvrir Pearl District, et notamment son Saturday Market. En realite, il ne s’agit pas d’un marche de producteurs, mais d’un marche d’artisans, chacun presentant ses propres creations.
Apres quelques bonnes heures a decouvrir le quartier Northwest, nous atterrissons dans une microbrewery, ou micro-brasserie. Par definition, ils font leur propre biere, et fournissent aussi un fish & chips au rapport qualite prix assez interessant. 🙂

L’apres-midi, nous decidons de le passer un peu dans les « hauteurs », histoire de decouvrir un point de vue de la ville et un peu plus de verdure.
5 minutes suffisent pour louer une voiture chez Zipcar, 5 autres minutes pour la recuperer dans le garage proche de l’hotel. Et hop, nous voici partis pour le Washington Park.

Cerisier en fleur au Japanese Garden

Cerisier en fleur au Japanese Garden

Visite rapide du International Rose Garden (Portland est surnomee « The City of Roses »), car bien entendu ce n’est pas la saison propice. Apres quoi nous nous dirigeons vers le Japanese Garden, le plus beau en dehors du Japon selon un Ambassadeur du Japon aux Etats-Unis. Celui-ci devant etre un fin diplomate car, certes c’etait ma premiere visite dans un jardin Japonais, mais enfin je n’ai pas ete subjuguee par sa pretendue splendeur, et pourtant il faisait tres beau !
Ceci fait, nous n’avons pas encore eu de superbe point de vue de la ville. Certes le temps est au beau fixe, mais le ciel est nebuleux et n’offre que tres peu de contraste. L’horreur pour les photos !
Un peu de perseverance et de voiture plus tard (grace a la combinaison iPhone + Flickr + Maps), nous prenons quelques photos du panorama sur le Vista Bridge le bien nomme, et beaucoup de la Ferrari garee non loin de la ! 😀
Downtown Portland, OR depuis le Vista Bridge

Downtown Portland, OR depuis le Vista Bridge


Retour en ville, et direction une autre microbrewery de la ville, censee faire de la biere au chocolat ! Certes, elle avait bien un petit gout de chocolat, surtout l’odeur, mais pas assez pour satisfaire Cedric qui… ne boit jamais de biere.
Un peu fatigues et affames apres la journee, nous prenons la route du resto ou nous avons reserve pour 8h30… 1h20 d’attente plus tard, nous festoyons comme des rois, a la faveur du restaurateur, qui n’en finit plus de s’excuser du trop plein d’attente. On s’en sortira pour $25, avec multiples entrees, plat, dessert et boissons; l’attente valait le coup ce soir-la, d’autant plus que c’etaient des mets tres fins !

Dimanche matin, Cedric et Mathieu partent courir, tandis que je sors appareil photo en main, a la decouverte d’une autre partie de la ville. 2h30 plus tard, je reviens a l’hotel avec quelques cliches dans la boite, une ballade m’ayant conduit au bord de la riviere Willamette qui coupe la ville en deux, au Convention Center et au Rose Garden, antre des TrailBlazers (pour les vieux fans de Clyde Drexler notamment).

Au bord de la Willamette river, rive est

Au bord de la Willamette river, rive est


Il ne nous reste plus qu’a rendre la chambre, faire un autre petit tour de la ville (et notamment au Powell Bookstore, veritable dedale de livres, necessitant un plan pour pouvoir retrouver son chemin !), et se diriger vers un petit resto bien sympa, nomme Isabel Pearl. Un bon petit cafe sur le Pioneer Courthouse Square, et nous voici repartis avec Max en direction de l’aeroport.
Quelle direction choisir ? :)

Quelle direction choisir ? 🙂


En resume, un bon petit week-end entre potes dans une ville marrante a decouvrir. Reste que malgre ses cotes attrayants (restos sympas, parcs, la riviere, les celebres doughnuts), je ne me verrais pas trop vivre la-bas, car l’activite y semble assez limitee. Et puis, on s’approche de Seattle, la ville ou il pleut 300 jours par an… 😀

Toutes les photos sur mon album Flickr.

Viva Las Vegas!

Welcome to Las Vegas!

Welcome to Las Vegas!


Avec Decembre vient le temps des bilans et des remerciements. Yahoo! n’echappe pas a la regle, et a pour coutume de remercier ses employes avec une grosse soiree.
Cette soiree, appelee « Year-End Party » ou YEP (soiree de fin d’annee, yep etant aussi un moyen de s’exclamer Oui!), etait cette annee placee sous le signe de Las Vegas. Certes, les soirees de Yahoo! sont traditionnellement connues pour leur tables de poker, de black jack, de roulette et j’en passe. Mais cette annee, toute l’ambiance etait axee autour de la ville aux casinos.
YEP - entrance

YEP - entrance


En compagnie de Gilles, Delphine, Cedric et Thomas, tous sur notre 31 pour l’occasion, nous voila donc partis pour le San Mateo Center au sud de San Francisco. Arrives vers 20h30, nous decouvrons peu a peu les lieux, a commencer par cette allee de stars au tapis rouge de lumiere. 🙂
Apres avoir accompli les formalites d’usage (en gros, montrer qu’on avait plus de 21 ans pour pouvoir rentrer et boire 🙂 ), nous voici en route pour une soiree memorable.
Memorable, la soiree l’a ete des les toutes premieres minutes. En effet, quelle ne fut pas notre surprise de voir nos executifs des l’entree, accueillir tous les salaries et leur souhaiter la bienvenue ! Ni une ni deux, voyant les uns se disperser tandis que les autres faisaient la queue, me voici en ligne pour aller serrer la main a mon CEO (=PDG). Arrive devant lui, nous discutons rapidement, avant que j’ai la chance de prendre une photo avec les 2 fondateurs. Moment tres appreciable, immortalise par Cedric (merci l’ami) !
David Filo, moi, Jerry Yang.

De gauche a droite : David Filo, moi, Jerry Yang.


Remis de mes emotions, Cedric ayant lui aussi eu son moment de gloire, nous decouvrons les lieux, superbement decores a la maniere des casinos de Vegas. Dans la premiere grande salle, 4 grands espaces aux couleurs du Caesar’s Palace, du Luxor (et ses pyramides), de Paris (et sa Tour Eiffel !) et de Treasure Island (et son bateau pirate).
Ca, cest Paris!

Ca, c'est Paris!

Tout autour, des attractions sont organisees : Immortaliser la soiree par une photo, recuperer des tickets de tombola dans un caisson souffleur, se marier une nouvelle fois avec Elvis dans la Wedding Chapel, jouer aux
Wedding Chapel

Wedding Chapel

nombreux jeux de casinos proposes. A cote de ca, des stands de nourriture de toutes sortes (classique, japonais, et bien d’autres), et bien sur des open bars pour les soiffards. Au centre, non pas Francois Bayrou, mais un authentique DJ (en fait, pas vraiment) au milieu du dancefloor pour prodiguer quelques tubes du moment et animer la soiree.
On se dit que wow, il y a de quoi faire. Mais alors qu’on traverse la partie exterieure reservee aux fumeurs, on rentre dans la seconde salle et la, il y en a encore autant ! Des jeux d’arcade, baby-foots, billards, sans compter le concert, le duel de pianos etc.

Personnellement, je suis principalement reste dans la premiere salle ou, apres avoir mange et discute avec les collegues Francais et Americains avec qui on s’etait donne rendez-vous, je me suis dirige vers une table de poker.

Yeah baby!

Yeah baby!


Comme je vous l’ai dit, les jeux de casinos sont un peu une tradition dans les fetes de fin d’annee de Yahoo!. Sauf qu’a l’entree on se voit attribuer un ticket, que l’on echange contre des jetons (chips) pour aller jouer. Au final, on ne joue aucun argent, mais on n’en gagne pas non plus. Le seul attrait est de gagner le plus de jetons possibles pour les echanger contre des tickets de tombola, et prier pour etre tire au sort. Les lots mis en jeu sont vraiment sympas, tels des voyages a Las Vegas (la vraie!) ou autres sets de Poker.
Grace a Thomas, qui m’avait auparavant appris les rudiments, je n’ai pas regrette d’avoir rejoint une table de poker. Meme si on ne joue pas d’argent, on s’y croit vraiment et le stress monte d’autant. Je n’ose pas imaginer avec ses propres deniers ! 🙂 J’ai tres honorablement double ma mise, avec quelques mains memorables dont un full et surtout un carre d’as !

Malheureusement, la soiree est passee tres (trop) vite. Juste le temps de changer ses jetons en tickets, de prendre quelques dernieres photos et de manger quelques sushis, et nous voila repartis vers 1h du matin en direction de la City.
C’etait tout de meme une excellente soiree, pas forcement meilleure que celles que l’on a eu en France avec Kelkoo, mais assurement beaucoup plus organisee et avec beaucoup plus de moyens ! Ils savent tres bien y faire, et c’etait de circonstance avant d’enchainer sur une des semaines parmi les plus execrables de mon parcours chez Yahoo!…
J’espere maintenant deux choses: d’une que je puisse participer a la prochaine et de deux, que la prochaine soit encore plus grandiose et surtout plus longue que celle-ci ! 🙂

Treasure Island

Treasure Island

Toutes mes photos
La soiree vue par Cedric
La soiree vue par Cecile et Julien

PS: cette soiree etait aussi l’occasion pour Yahoo! de faire participer ses collaborateurs a une collecte de fonds et de nourriture pour les plus demunis. Les Yahoos, convies a la soiree et n’ayant rien a payer, ni entree, ni nourriture, ni consommations, pouvaient soit faire le geste d’apporter des conserves alimentaires, soit de participer au duel de pianos en demandant une chanson et faisant une promesse de don.

Citrouilles et Caisses a savon

Il y a une dizaine de jours, j’ai eu un bon petit week-end dans et autour de San Francisco.

Red Bull...s

Red Bull...s

Tout d’abord samedi, rendez-vous etait donne avec Cedric pour assister a la Soap Box Race ’08, sponsorisee par une celebre marque de boisson energisante (et au gout complement horrible, soit dit en passant).
La Soap Box Race litteralement, c’est une course de caisses a savon. Et les caisses a savon, ce sont de petites autos generalement pour les enfants, pour faire comme les grands. Sauf que cette course est pour les grands, pour faire comme les enfants.
Cet evenement est un melange entre grand-prix automobile, un meeting de catch et la celebre Coupe Icare. Pour les incultes (et vlan!), voici de quoi vous enduire la cervelle : Coupe Icare sur Wikipedia
Grand-Prix automobile, car il s’agit d’une course de vehicules dans les rues de San Francisco (plus precisement une portion de Dolores Street, entre la 20eme et la 22eme), avec un classement, des ralentis, des gagnants etc.

Interview davant course

Interview d'avant course

Meeting de catch, car les concurrents sont interviewes avant la course dans le Pit Row (les stands), parlent de leur bolide et de leur strategie, et expliquent pourquoi ils vont gagner (ils ne menacent pas leurs adversaires par contre, donc l’analogie s’arrete la).
Enfin Coupe Icare donc, car pour ceux qui connaissent et ceux qui ont pris le temps de cliquer sur le lien ci-dessus (comment ca, pas encore ???), les bolides et leurs concepteurs / conducteurs sont decores / deguises / maquilles sur un theme precis. Et ce qui fait tout le charme de cette course. De plus, les symboles ne manquant pas dans cette ville, beaucoup de caisses etaient directement inspirees de tout ce qui fait de cette ville un endroit cosmopolite mais aussi quelque part injuste.

Log Man on Fire

Log Man on Fire

Comme les americains sont de grands enfants, mais aussi de redoutables organisateurs au sens commercial aiguise, tout est deja pret et en route lorsque les gens arrivent sur les lieux. Le R** B** commence a couler a flots, les goodies sont distribues avec des allures de caravane du tour de France, les ecrans geants tronent d’un bout a l’autre du Dolores Park.
De maniere plus ou moins voulue, on a deniche avec Cedric une place pas tres confortable mais plutot strategique : A mi-chemin, juste avant le saut, a cote de la pit row, et juste derriere les barrieres. Il n’y avait guere que les photographes officiels et quelques bras tendus au-dessus pour nous gacher la vue.

Le Golden Gate Bridge sur roues

Le Golden Gate Bridge sur roues

On a donc pu voir les premieres attractions, l’entree des bolides sur la piste et la descente effrenee de la moitie d’entre eux environ. Le reste, on n’a pas trop suivi, car ca dure quand meme pres de 3 heures dans des circonstances un peu precaires. 🙂

Home Run! - une caisse a savon

Home Run! - une caisse a savon

Reste que je suis bien content d’avoir vu ca, avec l’engouement des gens et l’inventivite des concepteurs de caisses, ca a donne un agreable moment.

Changement de decors dimanche, mais aussi de… temps.
Apres une journee magnifique samedi, le dimanche s’annoncait beaucoup plus brumeux. Reste qu’ayant deja planifie de sortir, je n’allais pas abandonne si facilement.
Toujours avec Cedric, mais accompagne de Jean, Thierry et Benoit, des Yahoo! venus de France pour quelques temps, nous voici tout d’abord parti vers Twin Peaks. Ces celebres collines offrent une vue imprenable sur San Francisco. Imprenable certes, mais bouchee par les nuages. Dommage… pour eux, car nous on va pouvoir y retourner ! Les gars, je plaisante ! 😉
Pas mal de touristes et des photos qui ne rendent rien, donc on ne traine pas. On prend la direction de Marina et Half-Moon Bay ou, Halloween oblige, le festival de la citrouille se tient.
La-bas non plus le temps n’est pas terrible. A peine arrives, on y croise Julien, Cecile, Reem et Ramy, qui avaient deja bien profite du festival.
Nous ne nous y attarderons finalement pas trop, car le temps ne nous a pas trop encourage, malgre la possibilite d’assister au concours de mangeage de tarte a la citrouille (burp…) et le stand jamais decouvert de glace a la citrouille. Tant pis.
La voiture redemarre, direction la Marina, pour y deguster un fish’n’chips et autres specialites de la mer. Ou pas, n’est-ce pas Benoit ? Il etait bon, ce New-York steak ?
Toujours peu emballes par notre breve ballade sur le quai, pris entre le vent et le froid, nous decidons de rentrer dans la City et d’apprecier son cachet. Et quoi de mieux que de descendre une fois Lombard Street, alias la fameuse rue sinueuse et o combien pentue de San Francisco, connue a travers le monde ? He bien… la descendre 2 fois, pardi ! Merci a Jean pour sa conduite sportive mais sa conduite quand meme, qui m’aura permis de prendre des photos depuis Lombard !

Vue depuis Lombard Street

Vue depuis Lombard Street

S’en est suivie une longue seance photographie, car c’est un des points communs de tous les passagers de la voiture.
Une fois les portraits, paysages, macros, files, voire les photos paparazzis (hein les gars…) realisees, nous nous dirigeons vers un autre point de vue remarquable de la ville : Telegraph Hill et sa fameuse Coit Tower.

Telegraph Hill - Coit Tower

Telegraph Hill - Coit Tower

La encore, pour les incultes et portes sur la chose de surcroit, voici de quoi assouvir votre desir… de culture : Lilie Coit (en Anglais) et sa Coit Tower (en Francais).
La encore, nous avons mitraille dans tous les sens et jusqu’a la tombee de la nuit, avant d’aller nous restaurer.

Au final, encore un week-end bien sympa, fait de bons moments entre amis, franches rigolades, belles decouvertes et belles photos ! On remet ca quand vous voulez, du coup ! 😉

Ressources :
Mes photos de la Soap Box Race
Mes autres photos de San Francisco

Un festival, des…?

Ces deux derniers week-ends ont ete l’occasion pour moi (et pour quelques autres, il parait) de decouvrir deux des festivals les plus reputes de San Francisco.

Folsom Leather Street Fair

Folsom Street Fair 08

Folsom Street Fair '08

Ames sensibles s’abstenir. Sous ses airs de rassemblement folklorique de rue se cache en realite une manifestation a deconseiller aux plus jeunes et aux plus prudes. 🙂
En effet, ce festival est l’occasion pour un certain nombre de personne (residentes ou pas) d’exprimer, ou devrais-je dire d’exhiber leur… « vraie personnalite ». On y croise pele-mele des homosexuels, des adeptes du sado-masochisme, des hommes nus, des femmes dans un etat similaire, j’en passe et des pires / meilleurs.
Parmi les « stands » notables de cette foire, il y a des scenes musicales, des stands de nourriture (quand meme), un stand incitant a s’inscrire sur les listes electorales ou s’inscrire a Zipcar (service de locations de voitures). On y trouve aussi des ventes d’objets en tout genre, y compris des sextoys.
Vous me trouvez raccoleur ?

Vous me trouvez raccoleur ?


Enfin, le stand qui a certainement le plus choque tout le monde, en tout cas ceux que je connais, est cette exhibition de Sado-masochisme. Sans m’epancher trop sur le sujet, car ca me rememore de mauvais souvenirs :). Il s’agit d’un endroit ou des personnes du public se portent volontaires pour se faire fouetter, attacher, caresser sur des parties sensibles, ou ridiculiser. C’est une experience assez incroyable, que je n’imaginais pas voir un jour en pleine rue.
Rassurez-vous (comme vous pouvez), ceci n’a lieu qu’une fois par an, dans une 4-5 rues de long sur 1 rue de « large », encadree par la Police et par des barrieres. Bien qu’un panneau indique que la nudite est interdite, il est tout de meme possible de croiser des personnes nues, certaines se masturbant meme en pleine rue ou en prenant des photos du stand sado-masochiste. Tout simplement ecoeurant pour ma personne.
Au final, je n’y suis reste qu’a peu pres une heure et demie, soit le temps de se rendre compte de ce qu’etait cette manifestation, et de savoir que je n’y retournerai probablement jamais. 🙂
Je n’ai pas encore le recul necessaire pour vous dire si j’estime ce genre de rassemblement de bon aloi, mais enfin on peut au moins penser qu’il subsiste une certaine tolerance a l’egard des minorites dans cette ville de San Francisco, et que dans un sens ca rassure.
Apres ca, un petit tour a la Boulange de Hayes puis au Ti Couz avec de nouvelles connaissances majoritairement Francaises m’a grandement aide a apaiser mon ecoeurement de la journee et a me faire retrouver un petit bout de France a SF. Un espresso, deux caneles, deux crepes et une ou deux bolees de Cidre m’ont bien aide. 🙂

Je ne publie pas les photos ici, mais vous pourrez en retrouver quelques unes sur ma page flickr ou l’article de Cedric.
Si vous avez le courage de vouloir en savoir plus

SF Love Fest

Le char de tete

Le char de tete

Une semaine plus tard, l’ambiance etait un peu plus sereine et bonne enfant, meme si certains hommes nus se promenaient encore en tout debut de la parade. Ils ont du etre pries de regagner leur domiclle assez rapidement par la Police je pense.
Mais c’etait une bien belle parade, cette Love Fest. Une des nombreuses filles de la celebre Love Parade nee a Berlin, cette parade n’est pourtant pas tres longue. Elle remonte simplement Market Street, et plutot rapidement. Au final, le defile des chars proprement dit ne dure que deux heures environ, mais la musique commence un peu avant 11h30 et se finit aux environs de 21h. Autant dire que le gros de l’evenement se situe sur la « Place du Village », c’est-a-dire devant le City Hall (la Mairie). Tous les chars se mettent autour, les marchands de nourriture aussi, les incitateurs sont la toujours. Les jardiniers de la Ville doivent avoir pas mal de boulot dans les semaines qui suivent, car bien entendu toutes les pelouses et les fleurs qui vont avec sont pietinees par les participants.
Play the music!

Play the music!


Au niveau du contenu, il s’agit d’une manifestation de musiques electroniques, avec tout un tas de styles, y compris un char Trance Psychdelique. Ce dernier etait plutot bien place d’ailleurs, et attirant pas mal de public.
A vrai dire, la parade est encore jeune je crois, et assez differente de ce qu’on croise en Europe. Les gens suivent moins le defile, et restent sur le bord en prenant des photos. Il faut dire aussi que la parade est plus courte, et les chars vont deux fois plus vite qu’ailleurs.
Le char Tantra (Trance Psychedelique)

Le char Tantra (Trance Psychedelique)

Ayant profite d’une grande partie de l’evenement, je suis ensuite alle mange avec Cedric et Thomas, avant de me diriger vers la soiree Tantra, une des nombreuses afters officielles de la LoveFest, sur le theme Trance Psychedelique bien sur. Pour ceux que ca interesse, *christine*, Chromatone et Penta etaient notamment au programme. Ceci etant, cette soiree m’a un peu decue au niveau qualite et m’a grandement ouvert les yeux sur la qualite des soirees proposees par l’Association Hadra, dont j’ai ete un membre actif (enfin je crois), et qui est chere a mon coeur.
Confettis !

Confettis !

Mes photos
Les photos de Cedric
Pour en savoir plus…

Des Sequoias pleins les mirettes

Touriste flanant dans la foret de sequoias

Touriste flanant dans la foret de sequoias

-Vendredi-

Rien de tel pour rallonger le week-end (autant au niveau psychologique que temporel) que de partir le vendredi soir. Me voici donc en voiture avec Julien, Cecile et leur invite Francois, et Cedric, en route pour… les bouchons de vendredi soir, tout d’abord. Il nous faudra 5 heures environ pour rallier notre motel de Three Rivers, CA, une ville proche du Sequoia National Park, au Sud.
Une fois le « check-in » effectue, nous decouvrons notre chambre a 3 lits plus une salle de bains. A l’exterieur, une piscine. Il faudra la tester…

Entree Sud du parc Sequoia

Entree Sud du parc Sequoia


-Samedi-

Apres un rapide petit dejeuner dans la chambre -nous avions fait des provisions pour le week-end-, nous prenons la direction du parc.

Julien, Cecile et Francois a Tunnel Rock

Julien, Cecile et Francois a Tunnel Rock

La encore, comme au Yosemite, l’entree est payante, mais le pass achete precedemment par Cedric nous sera encore bien utile.
Nous penetrons donc le parc par le Sud Ouest, profitant d’un paysage majestueux, et entamons les premiers lacets. Premier arret a Tunnel Rock, sorte de gros dolmen sous lequel les voitures passaient auparavant… Les cartes postales en temoignent toujours, mais l’acces est maintenant ferme. Quelques photos de groupe plus tard, nous nous dirigeons vers un des points majeurs du parc, Crescent Meadow.
Crescent Meadow

Crescent Meadow

Au menu des mirettes, des Sequoias autrement plus geants et nombreux qu’au Yosemite Park ! On s’emerveille, tout en ouvrant l’oeil pour essayer d’apercevoir les creatures qui peuplent ces forets. On fait le tour de la meadow, tombant notamment sur… Tharp Log, ou l’abri creuse dans un tronc de
Tharp Log, la maison-tronc

Tharp Log, la maison-tronc

sequoia. Pas de veine, la faim nous tiraille, et on file manger un bout. Au detour du visitor center (office de renseignements du parc), on apprend les horaires et les lieux propices a l’observation des animaux. Nous, on veut voir des ours !

Comprenant que l’apres midi les ours font comme les Italiens, la sieste apres manger, on se dirige vers une autre curiosite du coin, le General Sherman Tree.

General Sherman Tree - la base

General Sherman Tree - la base

C’est le plus gros sequoia du monde en volume de bois, et c’est reellement impressionnant. Il est impossible de le voir a l’oeil nu en une fois tellement il est imposant !

Au retour, on se dirige vers Moro Rock, un gros rocher dominant la vallee. Une petite dizaine de minutes et de nombreuses marches plus tard, nous voici sur un des points culminants du coin, contemplant tour a tour les forets, les sommets lointains et la vallee riches de ses canyons s’etalant en contrebas. Malheureusement, on apprend et on s’apercoit egalement des ravages de la pollution entre autres, ramenee par les vents de San Francisco et de Los Angeles vers ces barrieres rocheuses, produisant un voile blanchatre, interdisant les paysages a perte de vue.

Cinq heures moins le quart, il est temps de redescendre pour reprendre notre quete premiere. Initialement, nous voulons reprendre la route vers Crescent Meadow, la clairiere en fin d’apres-midi etant un des endroits les plus probables d’observation des mammiferes. Finalement, c’est aux abords de la route que nous sommes alertes par les gens et que nous apercevons notre premier ours ! Celui-ci s’eloignant peu a peu, un autre attire notre attention, se deplacant dans les fougeres. N’ecoutant que notre courage -pardon, notre inconscience- nous approchons relativement pres pour le prendre en photo. Celui-ci, quelque peu irrite et desirant traverser la route, nous previent poliment, par un grognement qui en aurait fait detaler plus d’un, que nous le genons quelque peu. Puis il s’eloigne doucement…

Ours traversant la route...

Ours traversant la route...


Content de notre decouverte, mais pas rassasies pour autant, nous reprenons le chemin de la clairiere. Malheureusement, malgre une relative discretion et un optimisme debordant, ceux-ci nous feront faux bond pour ce soir. Ce n’etait pas faute de refaire le chemin a l’envers…
Un repas improbable dans un routier 3 etoiles au Guide Michelin concluera cette journee terriblement excitante.

-Dimanche-

Le lendemain c’est decide, nous prenons notre petit dej’ devant la piscine, non sans avoir prealablement pique une tete !
Liberant notre chambre, nous voici repartis dans le parc, decides a rallier Kings Canyon, le parc national jouxtant immediatement au nord le Sequoia. Second miracle sur la route, un ours traverse directement dans la pente et donc sur la route. On le suit, on le photographie, et enfin il nous seme. Ca devient classqiue, mais toujours aussi excitant.

Finalement, nous rallions Kings Canyon par une scenic drive, sorte de route touristique avec quelques points de vue, tres agreable.

Moment paisible au bord de leau

Moment paisible au bord de l'eau


Apres le repas, nous entamons une petite ballade bien sympathique dans Cedar Grove, et jusqu’a Roads End, la fin de la route. Proches d’un ruisseau, quelques uns font trempette tandis que d’autres se reposent, se balladent ou font des photos.
Ecureuil degustant son pain de mie

Ecureuil degustant son pain de mie


Nous entamons le chemin du retour en fin d’apres-midi, non sans se diriger vers le General Grant Tree, que nous ne verrons d’ailleurs pas, trop occupes a prendre en photo un ecureil avide de pain de mie !

C’est deja le retour a la realite et a la ville, mais cette nouvelle excursion nous aura fait du bien, tant moralement que physiquement. Il nous tarde d’y revenir, afin de redire bonjour a nos desormais amis les ours.

Un chevalier solitaire...

Un chevalier solitaire...

Mes photos
Un autre recit : l’article de Cecile
Encore un autre : l’article de Cedric

Un week-end a la campagne

Arrive debut Juillet sur le sol americain, en plein ete (ou presque), il fallait bien decouvrir l’un des celebres parcs nationaux du grand ouest. Ce fut chose faite le week-end dernier donc, celui du Labor Day.

Half-Dome pres du Yosemite Village (Yosemite Valley)

Half-Dome pres du Yosemite Village (Yosemite Valley)


En compagnie de Gilles, Delphine et Cedric, nous sommes partis vendredi soir de Yahoo!, pour environ 5h de voyage. Rien de palpitant a signaler, si ce n’est des bouchons qui nous ont bien retarde au debut et surtout la rencontre brutale avec un elan, que nous n’avons bien sur pas pu eviter… Pauvre bete, esperons qu’elle n’ait ete que sonnee.
A peu pres remis du choc, nous arrivons dans notre « campement », et decouvrons la yourte que nous allons partager a 4 pour ces 3 jours.
Sympathique habitation que la yourte, faite d’une grande piece principale avec coin cuisine, salle a manger, salon et chambre a coucher, et d’une salle de bains (douche, lavabo, toilettes). Tout y est prevu : un lit, un convertible, un frigo, des plaques de cuisson, un poele et un ventilateur anti-moustique. Cool!
Notre yourte !

Notre yourte !

SAMEDI

Apres une nuit de sommeil bien merite, et un petit dej bien consistant (toasts, beurre et confiture pour les uns ; saucisses, oeufs et lard pour les autres… a votre avis je suis ou ?), nous voici partis pour notre premiere journee de ballade. Au passage, merci a Gilles et Delphine pour m’avoir trimballe et a Cedric pour son pass « parcs nationaux » qui nous a evite de payer. ;-).
Pour ce premier jour, qui s’annoncait etre une journee bien chaude, nous avons decide de commencer par la visite d’une foret de Sequoias, arbre gigantesque et existant depuis des millenaires.

Sequoia dont le tronc a ete decoupe a sa base. Sympa neanmoins pour les photos.

Photo 1 : Sequoia dont le tronc a ete decoupe a sa base. Sympa neanmoins pour les photos.

Ces arbres, dont on apprend qu’ils s’etendent principalement sur les territoires bordant le Pacifique, ont d’abord ete exploite par l’homme (troncs creuses pour faire passer les gens dessous par exemple ; voir photo 1), avant d’etre proteges. Apres en avoir appris un peu plus sur ces arbres qui imposent le respect, nous voici reparts a l’aventure. Direction Tioga Pass, la seule route traversant le parc. Avant d’arriver a Tanya Lake, une halte a Olmsted Point s’imposait, afin d’admirer le point de vue superbe s’offrant a nous. Rassurez-vous, nous n’etions pas seuls.
Half-Dome depuis Olmsted Point

Photo 2 : Half-Dome depuis Olmsted Point


Les abords du lac nous ont permis de nous restaurer tout en observant la faune et la flore nous entourant. Apres le repas, je me suis offert une petite baignade digestive et rafraichissante. C’est un lac de montagne, certes, mais sa faible profondeur sur les premiers metres et une grosse temperature permettait de rentrer dedans de maniere confiante… 🙂
Tanya Lake

Tanya Lake


Je vous passe la peripetie de la fausse perte de cles de voiture (inspire du film « Les Clefs de Bagnole » de Laurent Baffie…), qui ne nous a pas permis de visiter beaucoup plus loin le parc.
Un bon barbecue, une petite promenade nocturne autour du camp et une bonne nuit de sommeil parachevait cette magnifique journee !

DIMANCHE

Encore un petit dej bien consistant, et encore une journee qui s’annoncait chaude. Cette fois, nous voici partis en direction du Yosemite Village, permettant de rallier plusieurs points de ballades par un intelligent systeme de shuttle. Un rapide tour par le « Visitor Center » (sorte d’office du tourisme) pour glaner quelques informations sur les chemins de promenade mais aussi la formation du parc (une vallee traversee par un glacier dans les temps anciens), avant de nous orienter vers les Yosemite Lower Falls, soient les chutes d’eau parmi les plus reputees du parc. Malheureusement, la periode estivale avancee n’a permis de ne deceler qu’un mince filet d’eau sur des chutes au debit habituellement consequent !

Bambi !

Photo 3 : Bambi !

Meme constat sur notre seconde promenade, en direction de Mirror Lake. Un sentier tres joli, en sous-bois, menant au lac, lui aussi bien asseche par le temps. Seule la rencontre avec une biche a egaye notre apres-midi, un peu gachee par 2 deceptions coup sur coup.
Pour la fin de journee, direction Tunnel View, soit le point de vue offert par l’entree Sud du parc, a la sortie d’un tunnel : majestueux. Enfin, Bridalveil falls, encore des chutes, une fois de plus assechees. Quand ca veut pas, ca veut pas.
Bridalveil Falls, ou les chutes de rien !

Photo 4 : Bridalveil Falls, ou les chutes de rien !


Rentres a l’heure pour le barbec, on a tente sans succes de profiter des services offerts par le camp, a savoir un SPA couvert en exterieur ! Malheureusement, une sombre histoire de produits chimiques ne nous a pas permis de faire trempette en soiree. Dommage, on se contentera d’une bonne douche et de la tele satellite mise a disposition !

Devant rendre les cles de la Yourte a 11h et rentrer tot sur San Fran’, nous n’avons pas profite du parc lundi. Mon grand regret aura ete de ne pas voir Glacier Point, apparemment l’un des points de vue a couper le souffle du parc, rendu celebre pour son coucher de soleil. Une rando un peu plus consequente m’aurait egalement ravi, histoire de tester la reactivite de mon genou, encore un peu endormi.

Les Plus :
+ 2 jours pleins dans le parc
+ le pass de Cedric, merci !
+ la voiture de Gilles et Delphine, merci !
+ les paysages, superbes
+ la baignade dans le lac
+ la rencontre avec les animaux (biche, ecureuils…)
+ le sejour en yourte, pratique

Les moins :
– les lacs et les chutes, assechees
– le « bad trip » (mauvais reve) des pertes de cles
– le « bad trip » de l’elan qui se fracasse sur la voiture et qui repart, groggy…
– Pas de Glacier Point
– Pas de SPA

Tunnel View Point

Photo 5 : Tunnel View Point


Au final donc, un sejour bien depaysant qui a permis de couper avec le rythme qui s’installe, « travail famille patrie » ah non c’est pas ca… « Metro, boulot, dodo » ?

Plus de photos

Le point de vue de Cedric