J’aime les 28 mai

Devant le Warfield Theatre

Devant le Warfield Theatre


Oui bon d’accord, c’est peut-etre un peu definitif comme expression, mais il faut dire que depuis deux ans, cette date me reussit plutot bien.
L’an dernier -c’est l’occasion d’en reparler- a cette meme date, je me trouvais a l’Ambassade des Etats-Unis. J’obtenais alors mon visa L-1, derniere etape majeure avant d’embarquer vers cette nouvelle aventure a San Francisco. Le lendemain d’ailleurs, ce meme visa etait produit et envoye a mon domicile avec mon passeport. D’ou l’adresse de ce blog, d’ailleurs. Petit coucou a Pauline au passage.

Cette annee, c’etait un jour bien different, mais tout aussi agreable.
Fan du groupe (The) Prodigy depuis 1996, grace notamment a mes amis Simon et Jeremy, c’etait l’occasion de realiser un de mes objectifs depuis toutes ces annees, a savoir les voir en concert.
Apres une journee de boulot bien remplie, comment d’habitude chez Yahoo!, je prends la navette retour vers la City. Le temps d’engloutir un sandwich, et me voila devant le Warfield Theatre sur Market Street, a attendre 20h pour l’ouverture des portes. On mesure l’ambiance, et la pression monte pour moi.

Arrivee sans encombres a l’interieur, je suis surpris de voir un lieu super sympa, un peu semblable a l’Orpheum, ou j’etais alle voir Wicked. Un peu etrange me direz-vous, pour un groupe a mi-chemin entre les musiques electroniques, le rock, le punk etc. Qu’importe, l’ambiance est la, le groupe aussi, et c’est bien la le principal !

Le temps de poser mes vetements au vestiaire, de reperer les lieux et de faire l’acquisition d’un t-shirt, me voici « plante » derriere la regie, pret a recevoir les vagues d’energie. Ca commence tranquillement avec les Tenderlions, groupe local electro, qui fait se tremousser la foule. Interessant, mais ce qui nous attend est tellement enorme, qu’on n’arrive pas a adherer totalement.

Le groupe finit, la scene est debarrassee, et l’attente finale commence. Vers 22h10, le moment tant attendu. Le groupe arrive, et la salle bouillonne, et c’est parti !
Un peu plus d’une heure 20 de folie, c’est peu mais a la fois tellement intense !

Au final, un souvenir inoubliable avec un melange des titres de leur dernier album, de leur plus gros « tubes » et de quelques tracks live. Meme si pour eux, la salle et surtout la scene n’etaient pas immenses, ils auront quand meme produit un spectacle enorme, allant et venant dans la foule, comme a l’accoutumee. Petit clin d’oeil a l’inge lumiere aussi, qui a reussi une belle prestation !

Alors oui, cette annee encore, j’aime le 28 mai !

Pour voir d’autres photos (prises depuis mon iPhone), cliquez sur l’image :

Keith Flint pendant Firestarter

Keith Flint pendant Firestarter

Un festival, des…?

Ces deux derniers week-ends ont ete l’occasion pour moi (et pour quelques autres, il parait) de decouvrir deux des festivals les plus reputes de San Francisco.

Folsom Leather Street Fair

Folsom Street Fair 08

Folsom Street Fair '08

Ames sensibles s’abstenir. Sous ses airs de rassemblement folklorique de rue se cache en realite une manifestation a deconseiller aux plus jeunes et aux plus prudes. 🙂
En effet, ce festival est l’occasion pour un certain nombre de personne (residentes ou pas) d’exprimer, ou devrais-je dire d’exhiber leur… « vraie personnalite ». On y croise pele-mele des homosexuels, des adeptes du sado-masochisme, des hommes nus, des femmes dans un etat similaire, j’en passe et des pires / meilleurs.
Parmi les « stands » notables de cette foire, il y a des scenes musicales, des stands de nourriture (quand meme), un stand incitant a s’inscrire sur les listes electorales ou s’inscrire a Zipcar (service de locations de voitures). On y trouve aussi des ventes d’objets en tout genre, y compris des sextoys.
Vous me trouvez raccoleur ?

Vous me trouvez raccoleur ?


Enfin, le stand qui a certainement le plus choque tout le monde, en tout cas ceux que je connais, est cette exhibition de Sado-masochisme. Sans m’epancher trop sur le sujet, car ca me rememore de mauvais souvenirs :). Il s’agit d’un endroit ou des personnes du public se portent volontaires pour se faire fouetter, attacher, caresser sur des parties sensibles, ou ridiculiser. C’est une experience assez incroyable, que je n’imaginais pas voir un jour en pleine rue.
Rassurez-vous (comme vous pouvez), ceci n’a lieu qu’une fois par an, dans une 4-5 rues de long sur 1 rue de « large », encadree par la Police et par des barrieres. Bien qu’un panneau indique que la nudite est interdite, il est tout de meme possible de croiser des personnes nues, certaines se masturbant meme en pleine rue ou en prenant des photos du stand sado-masochiste. Tout simplement ecoeurant pour ma personne.
Au final, je n’y suis reste qu’a peu pres une heure et demie, soit le temps de se rendre compte de ce qu’etait cette manifestation, et de savoir que je n’y retournerai probablement jamais. 🙂
Je n’ai pas encore le recul necessaire pour vous dire si j’estime ce genre de rassemblement de bon aloi, mais enfin on peut au moins penser qu’il subsiste une certaine tolerance a l’egard des minorites dans cette ville de San Francisco, et que dans un sens ca rassure.
Apres ca, un petit tour a la Boulange de Hayes puis au Ti Couz avec de nouvelles connaissances majoritairement Francaises m’a grandement aide a apaiser mon ecoeurement de la journee et a me faire retrouver un petit bout de France a SF. Un espresso, deux caneles, deux crepes et une ou deux bolees de Cidre m’ont bien aide. 🙂

Je ne publie pas les photos ici, mais vous pourrez en retrouver quelques unes sur ma page flickr ou l’article de Cedric.
Si vous avez le courage de vouloir en savoir plus

SF Love Fest

Le char de tete

Le char de tete

Une semaine plus tard, l’ambiance etait un peu plus sereine et bonne enfant, meme si certains hommes nus se promenaient encore en tout debut de la parade. Ils ont du etre pries de regagner leur domiclle assez rapidement par la Police je pense.
Mais c’etait une bien belle parade, cette Love Fest. Une des nombreuses filles de la celebre Love Parade nee a Berlin, cette parade n’est pourtant pas tres longue. Elle remonte simplement Market Street, et plutot rapidement. Au final, le defile des chars proprement dit ne dure que deux heures environ, mais la musique commence un peu avant 11h30 et se finit aux environs de 21h. Autant dire que le gros de l’evenement se situe sur la « Place du Village », c’est-a-dire devant le City Hall (la Mairie). Tous les chars se mettent autour, les marchands de nourriture aussi, les incitateurs sont la toujours. Les jardiniers de la Ville doivent avoir pas mal de boulot dans les semaines qui suivent, car bien entendu toutes les pelouses et les fleurs qui vont avec sont pietinees par les participants.
Play the music!

Play the music!


Au niveau du contenu, il s’agit d’une manifestation de musiques electroniques, avec tout un tas de styles, y compris un char Trance Psychdelique. Ce dernier etait plutot bien place d’ailleurs, et attirant pas mal de public.
A vrai dire, la parade est encore jeune je crois, et assez differente de ce qu’on croise en Europe. Les gens suivent moins le defile, et restent sur le bord en prenant des photos. Il faut dire aussi que la parade est plus courte, et les chars vont deux fois plus vite qu’ailleurs.
Le char Tantra (Trance Psychedelique)

Le char Tantra (Trance Psychedelique)

Ayant profite d’une grande partie de l’evenement, je suis ensuite alle mange avec Cedric et Thomas, avant de me diriger vers la soiree Tantra, une des nombreuses afters officielles de la LoveFest, sur le theme Trance Psychedelique bien sur. Pour ceux que ca interesse, *christine*, Chromatone et Penta etaient notamment au programme. Ceci etant, cette soiree m’a un peu decue au niveau qualite et m’a grandement ouvert les yeux sur la qualite des soirees proposees par l’Association Hadra, dont j’ai ete un membre actif (enfin je crois), et qui est chere a mon coeur.
Confettis !

Confettis !

Mes photos
Les photos de Cedric
Pour en savoir plus…

Une semaine musicale

Oui, cette semaine a definitivement ete placee sous le signe de la musique.

En premier lieu, lundi je suis alle voir The Police & Elvis Costello au Shoreline Amphitheatre de Mountain View, dans la Valley. Sur proposition de Cecile et Julien, rejoints par Cedric, nous avons pris la navette en sortant du boulot pour rejoindre Mountain View, ou Cecile nous attendait.
Direction l’amphitheatre, afin de recuperer les tickets, achetes prealablement sur Internet. Quelques bouchons plus tard, nous voici arrives dans l’amphitheatre. Le concert debutant a 19h30 par Elvis Costello et ses Imposters, nous avons juste eu le temps de nous faire arnaquer $8 pour un pauvre sandwich au poulet, avant de rejoindre nos « places ». Pour info, l’Amphitheatre n’est pas une salle de concert, mais un veritable amphitheatre en plein air ! Et j’ai mis places entre guillemets, car nous etions en realite situes dans le lawn, a savoir le haut de l’amphi, qui n’est autre qu’un parterre de pelouse ou chacun s’installe ou il veut.
Notre sandwich englouti, nous avons apprecie la fin de la prestation de Monsieur Elvis Costello, rejoint pour la derniere chanson par Sting, donc super sympa.
Le soleil declinant, le vent se levant, il commencait a faire frais dans l’amphitheatre. Il nous fallait donc quelque chose pour nous rechauffer. C’est alors que The Police ont commence a jouer, et tout le monde s’est leve « comme un seul homme » (content de l’avoir placee celle-la) ! Au menu bien sur, les standards du groupe, de Roxanne a Every Breath You Take, en passant par Walking On The Moon ou encore Message In A Bottle. Cependant ils avaient bien reorchestre le tout, donc ca donnait tout sauf l’impression d’ecouter le CD pour la n-ieme fois. Au final, un peu plus d’une heure de concert, avec une sorte d’entracte / rappel au milieu. Mention speciale au legendaire batteur, toujours aussi affute et alternant entre percus et batterie.
D’un point de vue technique, on etait pas super gates : certes la sono etait tres bonne et on a eu le droit a de jolis lumieres, mais les rappels (i.e. les enceintes pour les rangs plus eloignes) etaient situees trop loin pour les gens du lawn. Du coup on avait les ecrans en decalage avec le son, un peu bizarre. En conclusion, on a eu un peu froid, on a eu les bouchons, le ventre un peu vide et on a pas vu grand chose, mais on etait ravis quand meme, car c’est pas tous les jours un concert comme ca !
Helas je n’ai pas pris de photos de cet evenement, mais vous pourrez en trouver ici, ou encore la.

Points positifs :
+ The Police !
+ Elvis Costello !
+ un concert en plein air, assis dans l’herbe

Points negatifs :
– les tarifs prohibitifs des bars et sandwicheries de l’entree
– la configuration technique de l’amphitheatre
– notre venue en touristes, alors que tout le monde autour de nous avait au moins un plaid voire des chaises pour s’asseoir, de quoi manger et boire a sa convenance, etc. On le saura pour la prochaine fois !

—–
Vendredi soir, c’etait la soiree que j’attendais depuis que j’ai su que je devais arriver aux US debut Juillet.
Dans un autre style, me voici donc parti vers 21h au croisement de Folsom et 6th Street, au celebre club nomme 1015 (« Ten-Fifteen »). Ayant lu quelques reports sur Internet a propos de ce club, j’en avais trouve d’excellents comme de tres mauvais, voire effrayants. Mais Roland m’ayant raconte son « experience » la-bas, j’etais finalement decide a me faire mon propre avis.
Apres 1/4 d’heure a vingt-minutes de queue a discuter avec des « locaux » et un palpage « juste-pour-dire », me voici dedans.
Le 1015 est un club qui se veut un peu branche, avec des sortes de carres V.I.P., des boissons hors-de-prix et des prestations sons et lumieres de bon niveau. Pour autant, il n’y a pas de reelle restriction vestimentaire, ni trop de problemes pour rentrer des appareils photos ou autres materiels electroniques par exemple.
Le seul reel abus de ce club, c’est veritablement le bar. Un gars rencontre dans la queue dehors a pris ce qui devait etre un whisky coca. Il en a eu pour…$9, pour un verre a peine plus grand que les Arcoroc ronds qu’on avait a la cantine etant petits, le tout rempli de glace…ca laisse reveur (en fait, c’est surtout les serveuses qui laissent reveur…). Autant dire que je ne leur ai pas lache un rond de ce cote-la. Pourtant la place n’etait pas si chere, $25 en preventes, pour une grosse tete d’affiche, je pense que c’est honorable. Autre aspect notable de ce genre de club, les « chicanos » assignes au ramassage des ordures sur le dance-floor. Ils passent entre les gens avec leur balai-pelle et ce, des l’ouverture du club.
Pour l’aspect plus artistique de la soiree, sachez qu’il y avait donc 4 scenes, chacune avec son propre bar : la piste plutot Techno / Downtempo, centrale, par laquelle on entre et on accede aux autres salles. Celle du niveau inferieur, je ne sais pas ce que c’etait, car ca a ouvert trop tard. Celle du dessus, c’etait la salle Goa / PsyTrance. Enfin, la derniere etait une salle a double scene, une pour les DJs et l’autre pour la prestation live de la soiree.
D’ordinaire ouvert de 22h a 02h du matin environ, le club etait specialement ouvert jusqu’a 6h, pour l’occasion. Cette occasion donc, c’etait bien sur la venue du groupe INFECTED MUSHROOM. Pour les neophytes, les Mushrooms sont a la Trance Goa ce que les Beatles, les Stones ou plus pres de nous, U2 sont ou ont ete pour le Rock (les connaisseurs, dites-moi si je me trompe). Outre etre presents sur la scene depuis de nombreuses annees, avoir sortis plusieurs albums, des compilations, fait des tournees mondiales etc., ils ont participe au renouvellement du genre, jusqu’a faire evoluer leur groupe en une sorte de groupe electro-rock, avec chant, guitare electrique et batterie. Alors on aime ou on aime pas, mais au moins on sort des sentiers battus et de la soupe informe de quelques labels actuels.
Je pense qu’une grande partie du public n’etait la que pour les voir, car meme s’ils resident maintenant sur la Cote Ouest, ils ne sortent pas si souvent de L.A. pour venir ici. Et on se rend compte de l’importance de l’evenement quand on voit les gens qui en parlent avant d’entrer, les flyers a l’effigie de leur album, les videoprojections annoncant leur live a 1h, etc. Pire, les fans etaient masses devant leur scene, tournant meme le dos au DJ en train de jouer, les deux scenes se faisant face dans cette salle !
Durant leur performance live, c’etait de la folie furieuse, on etait compresse comme des sardines, j’ai meme souffert de talons bien pointus sur mon pauvre pied gauche. M’enfin pour ce qui ressemblait a un vrai concert de rock pendant pres de 2 heures, c’etait du classique apres tout.
Duvdev, le chanteur chauve, a fait son show et chauffer le public, tandis que son compere Erez et les 2 autres musiciens etaient appliques a leur tache.
Une fois leur prestation finie, je suis alle voir la scene Trance-Goa, assez remplie et avec un son de qualite, autant sur le fond que sur la forme.
J’ai pris contact avec DJ Random, dont j’avais eu les coordonnees par un DJ ami d’Hadra. Je pense qu’il va pouvoir y avoir des choses a faire avec eux, musicalement parlant. 😉
Je suis rentre satisfait de la soiree, vers 5h40 a l’appart, en me disant que peut-etre, oui, je retournerai dans ce club pour Halloween, et la venue de Eskimo…

Points positifs :
+ Infected Mushroom !
+ 4 salles, a tendance electronique
+ Le public, assez sympa dans l’ensemble
+ Rencontre avec Random et Christine, DJs du coin
+ Prestation technique du club
+ Eau froide dans les toilettes, les connaisseurs apprecieront…
+ La population feminine 🙂

Points negatifs :
– Les tarifs du bar
– L’attitude de certaines personnes, sans-gene et sans pitie sur le dance-foor heureusement pas la majorite)
– la deco, un peu limitee, mais la salle etait grande
– le manque d’un laser, ca pourrait etre cool dans une salle de cette envergure

Pour les amateurs de soirees PsyTrance, c’etait assez reussi : une deco certes un peu pauvre, faites principalement de tentures allumees par quelques black guns, mais suffisante pour se sentir « comme a la maison ». 🙂 Cote lumieres, c’etait pas mal, avec pas mal de spots disposes sur le rail au plafond, 3 stroboscopes fonctionnant en alternance. Une machine a fumee et 4 ecrans de video projection completaient les elements de prestation son et lumieres. Cote son justement, les 4 enceintes etaient disposes aux 4 coins de la piste, en hauteur. Raisonnablement fort, meme pour la prestation des Mushrooms, donc c’etait cool.