J’aime les 28 mai

Devant le Warfield Theatre

Devant le Warfield Theatre


Oui bon d’accord, c’est peut-etre un peu definitif comme expression, mais il faut dire que depuis deux ans, cette date me reussit plutot bien.
L’an dernier -c’est l’occasion d’en reparler- a cette meme date, je me trouvais a l’Ambassade des Etats-Unis. J’obtenais alors mon visa L-1, derniere etape majeure avant d’embarquer vers cette nouvelle aventure a San Francisco. Le lendemain d’ailleurs, ce meme visa etait produit et envoye a mon domicile avec mon passeport. D’ou l’adresse de ce blog, d’ailleurs. Petit coucou a Pauline au passage.

Cette annee, c’etait un jour bien different, mais tout aussi agreable.
Fan du groupe (The) Prodigy depuis 1996, grace notamment a mes amis Simon et Jeremy, c’etait l’occasion de realiser un de mes objectifs depuis toutes ces annees, a savoir les voir en concert.
Apres une journee de boulot bien remplie, comment d’habitude chez Yahoo!, je prends la navette retour vers la City. Le temps d’engloutir un sandwich, et me voila devant le Warfield Theatre sur Market Street, a attendre 20h pour l’ouverture des portes. On mesure l’ambiance, et la pression monte pour moi.

Arrivee sans encombres a l’interieur, je suis surpris de voir un lieu super sympa, un peu semblable a l’Orpheum, ou j’etais alle voir Wicked. Un peu etrange me direz-vous, pour un groupe a mi-chemin entre les musiques electroniques, le rock, le punk etc. Qu’importe, l’ambiance est la, le groupe aussi, et c’est bien la le principal !

Le temps de poser mes vetements au vestiaire, de reperer les lieux et de faire l’acquisition d’un t-shirt, me voici « plante » derriere la regie, pret a recevoir les vagues d’energie. Ca commence tranquillement avec les Tenderlions, groupe local electro, qui fait se tremousser la foule. Interessant, mais ce qui nous attend est tellement enorme, qu’on n’arrive pas a adherer totalement.

Le groupe finit, la scene est debarrassee, et l’attente finale commence. Vers 22h10, le moment tant attendu. Le groupe arrive, et la salle bouillonne, et c’est parti !
Un peu plus d’une heure 20 de folie, c’est peu mais a la fois tellement intense !

Au final, un souvenir inoubliable avec un melange des titres de leur dernier album, de leur plus gros « tubes » et de quelques tracks live. Meme si pour eux, la salle et surtout la scene n’etaient pas immenses, ils auront quand meme produit un spectacle enorme, allant et venant dans la foule, comme a l’accoutumee. Petit clin d’oeil a l’inge lumiere aussi, qui a reussi une belle prestation !

Alors oui, cette annee encore, j’aime le 28 mai !

Pour voir d’autres photos (prises depuis mon iPhone), cliquez sur l’image :

Keith Flint pendant Firestarter

Keith Flint pendant Firestarter

Publicités

« Patientez-vous… »

Cette locution maladroite est definitivement l’expression marquante de mon voyage a Paris fin Mai, lors de ma quete du Visa. 🙂

Cela n’etonnera personne, je considere en effet ce jour comme une etape cruciale dans le processus de « relocation » (ensemble des etapes permettant le transfert du pays d’origine vers la destination souhaitee).

C’est pourquoi je n’etais pas forcement rassure a l’approche de l’Ambassade des USA, avenue Gabriel. Au menu, des bus de Gendarmes devant l’Ambassade, des policiers qui me font tourner en bourrique, un premier refoulement et une course contre-la-montre pour faire garder ma valise…

Heureusement, malgre les 2h40 qu’aura dure ma visite a l’ambassade au total, cette expression entendue au micro alors qu’ils avaient quelques problemes techniques avec leurs panneaux d’affichage m’a redonne le sourire.

Sorti de la, j’ai pu aller me restaurer tranquillement, faisant une halte au passage dans un magasin Maille, histoire de m’assurer que la veritable Moutarde de Dijon etait bien distribuee aux US… Oui, chacun ses priorites. 🙂

S’en est suivi une visite au pas de course de quelques hauts-lieux de la Rebublique et de la Capitale,

Vendome de Pise

Iron trees

avant de rentrer par le TGV sur Grenoble en compagnie des juniors du Comite de l’Isere de Tennis…je vous confirme, il y a plus calme, comme voisins de wagon.